Partager

LES MODIFICATIONS

Les modifications ont concerné trois portefeuilles ministériels. Il s’agit des Ministères de la Promotion de la Femme de l’Enfant et de la Famille, de la Jeunesse et des Sports et de l’Emploi et de la Formation Professionnelle. Deux ministres sont sortis du gouvernement : Mme Berthé Aïssata Bengaly de la Promotion de la Femme de l’Enfant et de la Famille et le Dr Moussa Balla Diakité de la Jeunesse et des Sports.

C’est Mme Diallo M’Bodji Sène qui est venue au Ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la famille. Elle a été remplacée au Ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnelle par Mme Bah Awa Kéïta, précédemment Directrice de l’OMATHO.

Quant au ministre de la Jeunesse et des Sports Moussa Balla Diakité, il a été remplacé par Nantié Pléah, précedemment Gouverneur du District. On retient donc que deux ministres sont sortis du gouvernement et deux nouveaux membres : Mme Bah Awa Kéïta et Nantié Pléah.

Cela faisait un bon moment que circule au sein de l’opinion publique la rumeur de remaniement ministériel. Les différentes informations fournies relatives à un tel changement étaient fondées sur les arguments les plus divers.

Pour certains, c’est l’équipe de Pinochet qui ne donne pas satisfaction face au coût élevé de la vie. Certains étaient allés jusqu’à annoncer la démission du Premier ministre Ousmane Issoufi Maïga, pendant que d’autres avaient envisagé son départ du gouvernement, en raison de ce qu’ils ont considéré comme une léthargie dans la gestion des affaires publiques.

Dans une telle mouvance, on présentait également des ministres comme étant sur le départ, estimant que leurs ministères étaient inutiles. A l’occasion du troisième anniversaire d’ATT au pouvoir, pour réagir à un certain nombre de critiques de la gestion actuelle du pouvoir, ATT avait dit ceci : “Le consensus n’est pas une camisole de force”. C’était face à la presse.

En cette même circonstance le président de la République avait précisé que le remaniement ministériel n’était pas forcément la solution. Entendez par là la solution des problèmes qui se posent. D’ores et déjà, au sein de l’opinion publique nationale, on avait pensé que le remaniement ministériel serait pour bien plus tard. Mais, au lieu d’un rémaniement ministériel, il a plutôt été question de réamenagement de l’équipe gouvernementale.

QUEL POURRAIT ETRE LE SENS D’UN TEL CHANGEMENT ?

Le réamenagement intervenu au sein de l’équipe
gouvernementale du Premier ministre Ousmane Issoufi
Maïga, logiquement doit permettre de donner plus de
dynamisme à l’action gouvernementale. Le temps qui
nous sépare des prochaines consultations électorales
n’est pas aussi long et le président de la République
devra présenter un bilan qui permettra aux Maliens de
lui renouveler leur confiance en 2007.

Pour ce faire,
le réamenagement intervenu vise aussi l’objectif de
nommer des cadres dont la compétence permet de
renforcer les résultats de la gestion du pouvoir par
ATT. Aussi, nous osons croire que les changements de
portefeuilles intervenus s’inscrivent dans la même
dynamique.

Par ailleurs, pour éviter un retour à la case depart,
le chef du gouvernement qui maîtrise dejà l’essentiel
des grands dossiers est maintenu à son poste

Moussa SOW

21 juin 2005