Partager

Le gouvernement d’union au Zimbabwe a tenu mardi son premier Conseil des ministres, alors qu’un membre désigné de la nouvelle coalition, l’ex-fermier blanc Roy Bennett, formellement accusé d' »intentions terroristes, comparaissait devant la justice zimbabwéenne. Les ministres se sont réunis pendant environ 2 h dans un bâtiment officiel du centre de Harare, en présence de l’octogénaire président Mugabe – qui dirige le pays d’une main de fer depuis l’indépendance en 1980 – et de son ancien rival et nouveau Premier ministre Morgan Tsvangirai. La formation de ce gouvernement d’union vise à sortir le Zimbabwe de près d’un an de paralysie politique, née de la défaite historique du régime aux élections générales du 29 mars. Elle a également pour objectif de lutter contre le marasme de l’économie et une crise humanitaire sans précédent, qui se caractérise notamment par une épidémie de choléra ayant fait plus de 3.500 morts depuis août. La capacité de travailler ensemble de la nouvelle équipe fait l’objet de nombreuses interrogations. (Afp)