Partager

Daniel Tessougué, Procureur général lors de la clôture des assises : «Le futur Président doit servir le Mali et non se servir du Mali pour se servir»

Pendant 19 jours, la cour d’Assises, juridiction instituée pour juger les crimes, a examiné plusieurs dossiers. Au compteur, 29 condamnations à des peines d’emprisonnements fermes, 21 peines avec sursis; 10 à la réclusion à perpétuité, 22 condamnations par contumace. Au plan financier, les amendes prononcées s’élèvent à 10.770.000FCFA; les dommages et intérêts à 28.150.000FCFA et les remboursements ordonnés à 322.144.919FCFA.

Aux dires du PG le parquet, on déplore 6 dossiers dans lesquels l’action publique est éteinte. Ce qui signifie que durant au moins 10 ans, aucun acte n’a été posé dans ces affaires. C’était Vendredi dernier dans la Salle Boubacar Sidibé de la Cour d’Appel de Bamako.

Selon, le procureur Général, le crime se perfectionnant, il faudra que les moyens pour le combattre soient à hauteur : « C’est donc une obligation de l’Etat de doter la police et la gendarmerie de laboratoires de police technique et scientifique, aussi moderne que celle des pays dit développés ». Cela suppose en contrepartie, « une police au dessus de tout soupçon, une police indemne de toute corruption, qu’on se plait à camoufler sous les expressions spécieuses de « raquettes sauvages, de tracasseries administratives … ».

Il faut aussi, poursuit-il, que la corruption et la vénalité dont s’affuble la magistrature, ne soit plus.

Aussi d’attirer l’attention de tous que devant une telle insuffisance de moyens d’investigation technique et scientifique, « vous aurez constaté que cette session a connu 28 acquittements, un taux trop élevé si et seulement si les enquêtes avaient été sérieusement menées aux moyen d’outils modernes… On aurait pu éviter tant d’humiliation pour d’honnêtes citoyens et neutraliser très vite les auteurs ».

L’élection du nouveau Président de la République n’a pas échappé au Procureur Général Daniel Tessougué. « Que le Président élu par les maliens n’oublie jamais qu’il est un serviteur du peuple souverain, que son mandat ne devrait pas être une charge, et qu’il a obligation de changer ce pays avec vertu, rigueur ,justice mais aussi et surtout avec une totale abnégation, afin de servir le Mali et non se servir du Mali pour se servir… Ce peuple l’averti d’ores et déjà que dès les premières tentatives, il le trouvera débout devant lui afin d’affirmer que ce qui nous est arrivé, ne nous arrivera plus et que l’exercice du pouvoir suprême est un exercice d’abandon de soi au seul profit de la nation».

T. Coulibaly

Maliba Info du 23 Juillet 2013