Partager

Invitées, le week-end dernier, au CICB, à la cérémonie d’ouverture du premier forum des leaders musulmans, les autorités de la transition n’ont pas répondu à l’appel. Et, leur absence est, diversement, interprétée.

Les organisateurs de ce forum s’attendaient, à la présence des quatre « hommes forts » de la République. Notamment, le président de la Républiquepar intérim, Dioncounda Traoré ; le Premier ministre, Cheick Modibo Diarra ; le président de l’Assemblée nationale, Younoussi Touré et le Capitaine Amadou Haya Sanogo, chef de l’ex-junte militaire. Excepté les deux derniers, Pr Dioncounda et le Premier ministre ont brillé par leur absence. Plus grave, le ministre du Culte et des Affaires Religieuses qui n’avait pas besoin d’être invité, était absent. Pire, aucun d’entre-eux n’a envoyé son représentant à cette rencontre, dédiée à la paix. Surtout, si l’on s’en tient au thème du forum : «ensemble pour un islam authentique dans un pays apaisé et unifié ». Mais aussi et surtout, quand on sait que c’est au nom de l’islam que certains individus sèment la terreur et la désolation au nord du Mali.

L’absence des autorités de la transition, à ce forum, semble décevoir les leaders musulmans. « Nous sommes restés sur notre faim. Car l’un des objectifs de ce forum était de lancer notre cri de cœur aux hommes qui ont, aujourd’hui, entre leurs mains, la destinée du Mali », a déclaré Cherif Ousmane Haidara. A l’en croire, Pr Dioncounda Traoré avait promis de présider la cérémonie d’ouverture. Mais celui-ci, ajoute-t-il, n’a pas honoré son engagement.

Face à cette situation, les organisateurs du forum avaient souhaité que le président de l’Assemblée nationale s’exprime au nom du président de la République. Celui-cia décliné l’offre. Cependant, il a accepté de procéder à l’ouverture du forum. « Je ne peux pas parler au nom du président de la République, parce que je ne suis qu’un invité et je n’ai pas été délégué par lui », a précisé le président de l’Assemblée nationale.

Même si les leaders musulmans n’ont pas évoqué les raisons, l’absence des autorités de la transition, à ce forum, s’explique, selon certaines indiscrétions, par la crise de confiance qui existerait entre elles et l’homme fort de Kati. Selon nos informations, les autorités de transition ont décidé de bouder le forum, lorsqu’elles auraient appris que le Capitaine Sanogo était invité. Selon la même source, la communauté internationale a horreur des discours et des sorties du chef de l’ex-junte militaire sur la place publique. C’est pourquoi, dit –on, Cheick Modibo Diarra et Pr Dioncounda Traoré auraient décidé de ne pas participer à ce forum. Inviter le capitaine Sanogo aux cérémonies officielles ou encore lui donner la parole, s’apparenterait, aux yeux de la communauté internationale, à sa légitimation.

Toute chose qui risque de compromettre la chaine de solidarité internationale, qui est en train de se nouer autour du Mali. Mais l’absence, pour le moins inexpliquée, du président par intérim, de son Premier ministre et du ministre du Culte à ce forum est restée comme une arête de poisson au travers de la gorge des leaders religieux.

Abou BERTHE

Canard Déchainé du 28 Novembre 2012