Partager

Qu’aurait fait un nouveau PM en lieux et place de CMD dans la situation actuelle du pays ? S’agissant du conflit au Nord, lequel d’entre eux aurait a ce jour déjà lancé une offensive pour libérer le Nord ? Aucun, assurément.

S’agissant de l’appel à la Cedeao, a t’elle réussi à obtenir de l’Onu l’autorisation de déployer des troupes au Mali avec ou sans l’accord du PM ? La réponse est non évidemment.
S’agissant des négociations avec les rebelles, avec quelle entité le gouvernement aurait négocie compte tenu de l’imbroglio qui continue à caractériser la situation des parties aux conflits ?

Par ailleurs, depuis quand y a t’il eu un semblant de normalité au Mali depuis le 17 janvier 2012.
La gouvernance de la Cédeao est elle exempte de reproche ? Jugez en vous même :

– elle signe avec le CNDRE qu’elle reconnait de facto un document cadre qui rétablit l’ordre constitutionnel en se focalisant sur l’article 32 de la constitution qui stipule qu’en cas de vacance du pouvoir, le Président de l’assemblée nationale assure l’intérim du Président de la république empêché.

Cela est fait, pour 40 jours.

Mais nulle part dans la constitution, on ne parle d’un PM pleins pouvoirs. Pleins pouvoirs pour faire quoi ? La Cédeao ne le dit pas. Elle renverse la pyramide des responsabilités, situation dans laquelle le PM est choisit par le Cnrdre et nommé par le président par intérim.
Ayant inversée la pyramide, se pose la question du leadership. Qui dirige le pays ? Bien malin qui vous dira la bonne réponse.

Ceux qui légitimement ont fait le coup de feu pour s’emparer du pouvoir sont écartés au nom du retour à l’ordre constitutionnel alors qu’ils disposent de la réalité du pouvoir. Lequel de ceux qui prétendent diriger le pays a la place du PM actuel aurait fait mieux ? Aucun assurément.
Alors que le document cadre avait revêtu les qualités d’un traite international, la Cédeao qui l’avait signé ne respecta aucune des clauses notamment celle très importante relative a la mise en place des organes de la transition par les forces vives et la définition de la feuille de route.

Unilatéralement, la Cédeao, prolonge l’intérim du Président de la transition contre son gré et se mît seule a définir la durée de la transition comme une camisole de force. Comment croyait-elle pouvoir imposer une telle solution aux forces politiques en présence sans murmures. Lequel des prétendants au poste de PM auraient réussi à pacifier l’espace politique et gouverner avec sérénité? Aucun. La situation avait aussi été compliquée par le contre coup ou chacun s’est terré chez soi pendant des journées ne sachant pas quel aura été le sort des armes !! Lequel des soupirants au poste de PM aurait eu une solution magique pour gouverner sereinement ? Aucun.

Pour être honnête, la situation du pays laissait à désirer et les décisions successives de la Cédeao n’étaient pas frappées de bon sens. On a eu la certitude que ce que le médiateur dans crise fricotait pour calmer la situation, le président de la Cédeao le détricotait aussitôt pour envenimer une situation passablement compliquée.

Pour faire passer la pilule amère des décisions que la Cédeao a prise en solitaire, décisions qui touchent a la souveraineté du Mali, le médiateur avait enrobé cette pilule de friandise pour le chef de la junte a savoir la reconnaissance du statut d’ex chef d’Etat comme lot de consolation après lui avoir fait lâché un pouvoir qu’il venait de ramasser dans la rue. La Cédeao, entre deux sommets, renia la signature de ses mandataires, renia le Cnrdre que son président qualifia d’imposteur.

Dans cette atmosphère délétère, lequel des prétendants au poste de Pm aurait fait œuvre utile plus que le Pm ? Puis vint l’agression incroyable contre le président par intérim que le Pm accueillit a domicile, lui apporta le soutien qu’il fallait alors que sa vie était en danger. Lequel de ceux qui veulent des postes de ministre se seraient entreposer dans cette situation pour sauver le Président quand on sait qu’une partie des membres du Fdr aurait souhaitée qu’il quittât la scène politique définitivement.

Vous remarquerez que la Cédeao n’a pas les moyens de ses ambitions, a part fermer ses frontières avec le Mali, mettre le pays sous embargo et l’empêcher de recevoir des Armes pour se libérer tout seul des rebelles et de sa tutelle .

Alors même que de l’avis des spécialistes la moitié de l’armement militaire du pays est restée au Nird et que l’aide budgétaire qui avait mis le pays sous perfusion est suspendue, les membres du FDR crient a l’immobilisme. Qu’auront-ils accomplis de brave sans ressources financières et sans armes ? Rien, absolument rien, sauf qu’à occuper des maroquins ministériels pour leur propre confort. Ainsi va le Mali

Birama FALL

Le Prétoire du 26 Juillet 2012