Partager

Huit mois après l’occupation des régions nord du Mali entreprise par les groupes armés indépendantiste du Mnla et islamistes d’Ansar Dine, d’Aqmi et du Mujao, l’Etat malien reste confiné dans une obscure attente, sans réaction décisive à leur progression vers le reste du pays. Suite à l’occupation samedi dernier de la ville de Douentza par le Mouvement pour l’unicité et le Jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), le Front uni pour la sauvegarde de la démocratie et la république (FDR) a, dans une déclaration du 3 septembre, déposée à notre rédaction, demandé au Président de la République d’adresser, sans délai, à la CEDEAO, à l’Union Africaine et aux Nations Unies la requête aux fins d’intervention des forces africaines, pour aider l’armée malienne à libérer le territoire national.

« La prise de Douentza par le MUJAO, à la barbe des forces armées et de sécurité massivement cantonnées à Sévaré est un affront à notre armée et à notre peuple qui se demande légitimement quand prendra fin cette situation », estime le FDR.

Pour ce regroupement politique, comprenant des partis politiques, mais aussi des organisations et associations de la société civile, « le Gouvernement doit réagir pour mettre un terme à l’humiliation quotidienne de notre peuple et à la violation de notre souveraineté et pour mettre un terme aux souffrances indicibles des populations des régions occupées ».

Le FDR exige du gouvernement des actions appropriées et immédiates pour sécuriser les zones non encore occupées et procéder sans délai à la récupération des zones occupées par les islamistes armées. « Le FDR demande instamment au Président de la République d’adresser, sans délai, à la CEDEAO, à l’Union Africaine et aux Nations Unies la requête tant attendue aux fins d’intervention des forces africaines pour aider notre armée à libérer le territoire national », précise la déclaration.

Pour le FDR, il est temps, grand temps de mettre fin aux tergiversations sur la question de la requête qui est la jauge de notre volonté politique et de notre détermination à nous engager dans la voie du recouvrement de l’intégrité de notre territoire.

A travers cette déclaration, le FDR a rappelé au Président de la République, au Premier Ministre et au Gouvernement que la libération du Nord est la principale mission de la Transition. Ainsi, « le FDR les jugera sur leur réponse face à cet affront intolérable fait à notre armée et à notre peuple », précise la déclaration.

B. Daou

Le Républicain du 04 Septembre 2012