Partager

Mécontent de la reconduction de Moussa Sinko Coulibaly : Le Fdr dans la logique de boycotter les législatives?

L’opposition, comme annoncé par le challenger d’IBK et candidat malheureux Soumaïla Cissé, s’est-elle déjà incrustée dans le système politique malien ? Ç‘en a tout l’air, car si Soumaïla Cissé n’a pas attendu trop longtemps pour critiquer le Gouvernement Oumar Tatam Ly, le Front Uni pour la Sauvegarde de la Démocratie et la République (Fdr), le regroupement politique qui l’a soutenu à la présidentielle, vient à son tour de dénoncer la reconduction du Général Moussa Sinko Coulibaly à la tête du département de l’Administration Territoriale dans le gouvernement Oumar Tatam Ly.

Au-delà de cette dénonciation, le Fdr menace qu’il n’est pas question pour lui de prendre part aux prochaines élections législatives, si elles sont organisées par le Ministre Sinko Coulibaly. En termes clairs, il ne s’agit ni plus, ni moins pour le Fdr que d’un boycott programmé des prochaines législatives ou la démission de Moussa Sinko.

Que gagnerait le FDR dans le boycott des législatives ?

Supposons que le Président IBK reste inflexible sur cette exigence du Fdr, ses principaux responsables mettront-ils à exécution leur menace ? Une telle démarche leur profitera-t-elle ? Ces questions sont essentielles, car de leur réponse dépendra beaucoup l’existence politique du Fdr, donc de l’opposition. En effet, la réussite ou l’échec de la logique de boycott des législatives dépendra beaucoup du poids politique dont peut se prévaloir le Fdr.

Au fait, quel est aujourd’hui le poids politique réel du Fdr ? Spéculons un peu pour comprendre. A l’issue de l’élection présidentielle, un constat s’est dégagé: les partis les plus représentatifs se limiteraient aujourd’hui à l’Urd de Soumaïla Cissé, au Parena de Tiébilé Dramé, les Fare de Modibo Sidibé, et une infime partie de l’Adema-Pasj.

En qui concerne l’Adema, son appartenance au Fdr reste hypothétique, car à part Iba N’Diaye et son clan, l’essentiel de ce qui est du parti s’est rallié à la position du candidat Dramane Salif Dembélé, aujourd’hui plus proche d’IBK que du Fdr.

En effet, les coordinations régionales du parti, la Jeunesse Adema et une grande partie des femmes du parti ont désavoué Iba N’Diaye, suite à l’appel qu’il a lancé, de façon mensongère, au nom du parti Adema pour soutenir Soumaïla Cissé au second tour de l’élection présidentielle. Tous ont plutôt suivi les directives du candidat Dramane Dembélé et ont voté IBK au second tour.

Tous aujourd’hui, avec Dramane Dembélé en tête, travaillent à la refondation de l’Adema-pasj, avec la volonté affichée de faire une purge contre les « traitres », Iba N’Diaye et compagnons s’entendent. C’est dire que l’Adema, à moins d’un nouvel réengagement, n’est pas véritablement membre du Fdr, même si Iba N’Diaye continue son travail de sape au sein de ce regroupement.

Mais que vaut Iba N’Diaye aujourd’hui au sein de l’Adema-Pasj ? Rien qu’un simple militant et cela uniquement si l’on veut vraiment l’homme lui-même. Sa démission du Comité Exécutif n’est qu’une manière subtile pour lui d’éviter l’humiliation qui aura été de se faire chasser comme un malpropre, du parti.

En somme, le Front Uni pour la Sauvegarde de la Démocratie et la République (Fdr) ne compterait aujourd’hui que l’Urd de Soumaïla Cissé, le Parena de Tiébilé Dramé, le Fare de Modibo Sidibé, le Psp d’Oumar Hamadoun Dicko, l’Umam de Jeamille Bittar, le Ps-Yelen Kura de Amadou Koita…

Côté organisations de la société civile, il n’en reste plus beaucoup encore: Siaka Diakité de l’Untm étant occupé à éteindre le feu qui brûle sa case, disons, sa chasse-gardée, le Syntade. Il ne reste donc dans ce registre que Fatoumata Siré Diakité et sa « fille Apdf ». Le comble, c’est qu’aucun des partis cités, à part l’Urd de Soumaïla Cissé, n’est en mesure de se taper un député aux législatives. Ce serait donc prétentieux pour le Fdr, dans ce cas là, de vouloir constituer une majorité à l’Assemblée Nationale, afin de forcer la main à Ibk.

Autre question, les autres partis réussiront-ils à entraîner l’Urd de Soumaïla Cissé dans une logique de boycott des législatives ? On voudrait bien voir pour croire si Soumaïla Cissé à le courage de prendre le risque de se retrouver sans député à l’Assemblée Nationale, à l’issue des législatives à venir. Un constat qui vaut pour les autres partis membres du Fdr !

Est-il besoin le rappeler qu’une opposition n’est forte et constructive, capable de s’ériger à la hauteur d’un véritable contre pouvoir, que si elle se donne les moyens de ses ambitions. Sans députés, sans conseillers communaux, une opposition devient un tonneau vide, un épouvantail qui ne peut effrayer qu’elle-même.

C’est dire, en définitive, que Soumaïla Cissé et ses camarades du Fdr ont intérêt à préparer les législatives prochaines, et dès maintenant. Il en va de leur survie politique et de leur crédibilité. Car il leur sera très difficile de se trouver des alliés dans leur tentative de diabolisation et de crédibilisation d’un homme, pour ne pas nommer le Général Moussa Sinko Coulibaly, dont le mérite a été salué par les Maliens et le reste du monde pour la bonne tenue des élections présidentielles, jugées crédibles et transparentes.

Adama S. DIALLO

Le Soir de Bamako du 13 Septembre 2013