Partager

Le député de Yélimané, Mahamadou Hawa Gassama Diaby, s’était rendu hier jeudi auprès du Chérif de Nioro du Sahel, Mohamédoun Bouillé pour, semble t-il, que ce dernier intercède en sa faveur auprès du président IBK à l’endroit de qui il avait proféré des propos outranciers lors de la campagne présidentielle. Ces propos, qui ont choqué plus d’un, avaient été tenus sur les antennes de certaines radios privées par Gassama, élu de l’URD, le parti du candidat Soumaïla Cissé.

N’ayant pas trouvé le dignitaire religieux à son domicile, il s’est rendu chez l’un de ses fils qu’il trouva également absent. Les disciples, qui ont appris la nouvelle de sa présence sur les lieux, ont accouru nombreux pour lui faire payer son comportement. Selon une version confirmée par plusieurs sources, Mahamadou Hawa Gassama Diaby a été roué de coups, ses habits déchirés et son véhicule saccagé.

La police alertée a difficilement réussi à le soustraire de l’ire de la foule et à le mettre à l’abri au commissariat. Lequel a été pris d’assaut par la foule en colère. Les policiers, peu nombreux, ayant été vite débordés, ont dû faire appel à des militaires qui sont arrivés à bord de plusieurs véhicules pour l’exfiltrer du commissariat et le conduire à Diéma, ville située à une centaine de kilomètres de là.

La réaction des disciples du Chérif s’explique par le fait que celui-ci avait appelé à voter en faveur de IBK lors de l’élection présidentielle. Ils ne pardonnent donc pas à Gassama Diaby d’avoir tenu des propos orduriers à l’endroit du candidat soutenu par leur guide.

L’intéressé, hélas, est un habitué des faits. Il s’est forgé la réputation d’un homme porté sur l’injure, au tempérament agressif et violent. Il y a quelques années, il a tenté d’étrangler un journaliste de L’Indépendant dans les locaux de l’Assemblée nationale, ce qui lui a valu le sobriquet de » député étrangleur « . Plus récemment, il a incité des habitants d’un quartier de la commune I du district à s’en prendre physiquement, et même à menacer la vie de la maire de cette commune, Mme Konté Fatoumata Doumbia. L’affaire avait été portée devant la justice. Mahamadou Gassama Diaby avait alors sollicité le concours de Chérif Ousmane Madani Haïdara, guide spirituel des Ançars, résident de la commune, pour se faire pardonner par Mme Konté.

C’est le même scénario qu’il a voulu rééditer auprès du Chérif de Nioro pour faire la paix avec IBK, mais cela a failli lui coûter la vie.

Abdoulaye Diarra

13 Septembre 2013