Partager

Les rebelles tchadiens de l’Union des forces de la résistance (UFR) semblent s’être repositionnés dans le sud du pays, dans la zone de trois frontières entre le Tchad, le Soudan et la RCA. Plus précisément dans le Sud de la région du Ouaddaï. Ils disent ne pas avoir l’intention de regagner le Soudan. Certaines sources au sein de la rébellion affirment d’ailleurs que Khartoum ne veut pas qu’ils se replient sur son territoire. Si les forces rebelles se replient dans la zone des trois frontières et ne regagnent pas leurs bases au Soudan, c’est pour deux raisons, affirme un dirigeant de l’UFR. Tout d’abord, l’installation en territoire tchadien permet de montrer à l’opinion que le président Deby est bien confronté à un problème tchado-tchadien et non à une agression soudanaise comme il l’affirme. Deuxièmement, explique-t-il, Khartoum leur a demandé de quitter le Darfour et de rester au Tchad afin de respecter les engagements pris à Doha au début du mois. Reste que le jeu soudanais est plus complexe. A Khartoum on estime que tant que le MJE, le mouvement rebelle darfouri de Khalil Ibrahim, continuera à posséder des bases au Tchad, il n’est pas question de lâcher les rebelles tchadiens. (Rfi)