Partager

Après les régions de Koulikoro, Ségou et Sikasso, le Directeur Général des Douanes du Mali s’est rendu à Kayes les 16, 17 et 18 novembre, à la tête d’une forte délégation comprenant notamment les sous-directeurs des Affaires Générales, des Recettes, des Enquêtes Douanières. Le Colonel Amadou Togola, au cours de cette visite, a échangé avec les agents de la région sur le fonctionnement des structures de la Douane avant de rencontrer les opérateurs économiques, conduits par le premier vice-président de la délégation régionale de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali, Youssouf Kéita.

Il a aussi visité les locaux de la douane de Kayes et le port sec, situé à la sortie de la ville de Kayes, du côté du Sénégal. Il s’est surtout réjoui des progrès réalisés par la Douane de Kayes dont les recettes, très modestes dans les années 1990, atteignent actuellement plusieurs milliards de nos francs.

Le Directeur régional des Douanes, l’Inspecteur Amady Camara, après avoir souhaité la bienvenue au Colonel Togola et à sa délégation, dira que la région de Kayes est caractérisée par son étendue, sa position géographique et son relief, avec une frontière composée à moitié de cours d’eau notamment les fleuves Sénégal, Karakoro et Falémé. Elle fait frontière avec trois Etats dont deux (Guinée Conakry et Mauritanie) n’appartiennent pas à la zone UEMOA.

Il soutiendra que ces frontières naturelles, au lieu d’être un atout pour la douane dans sa lutte contre la contrebande, sont, au contraire, des boulevards de circulation de la fraude très hostile à l’action douanière.

Parlant des recettes, l’Inspecteur Amady Camara dira que sur une prévision annuelle de 24 milliards FCFA, la région a recouvré, de janvier à octobre 2008, au titre du Budget d’Etat, la somme de 21 milliards 291 millions de FCFA, avec plus de 300 millions FCFA de réalisations en affaires contentieuses. Il a salué la mise en place du Plan d’Action Opérationnel, induit par le renouveau de l’action publique, lui-même indexé sur le PDES.

A le croire, la mise en fonction du scanner a beaucoup allégé le travail physique des douaniers. Ainsi, en seulement trois mois d’activité, les tentatives de fraude appréhendées ont généré environ 300 millions de FCFA d’amendes non compris les droits et taxes redressés. Il a salué le Gouverneur de la région qui n’a ménagé aucun effort pour doter la pinasse de la BMI d’un moteur, en plus du remblai de la cour de la direction régionale.

Pour sa part, le chef du Bureau Principal des Douanes de Kayes, l’Inspecteur Makan Dembélé, dira que sur une prévision de 7 milliards de FCFA pour la période allant de janvier à octobre 2008, le Bureau Principal des Douanes de Kayes a réalisé, au titre du Budget d’Etat, la somme de 8 milliards 461 millions 471.000FCFA, soit un taux de réalisation de 120%. Comparativement à la même période en 2007, la progression est de 3,31%.

De janvier à octobre 2008, il a été enregistré au Bureau Principal de Kayes pour la mise à la consommation 182 876 tonnes 513 kg de marchandises pour une un valeur de 33 milliards 202 millions 752.877FCFA. Le Lieutenant Colonel Makan Dembélé de signaler que les principales importations sont le ciment (51,50%) le riz (15,62%) et les autres marchandises (32,88%).

Il n’a pas manqué de relever que les exonérations ont entraîné une perte de recettes pour le Bureau Principal de 1 504 708 793 FCFA. Le scanner, de la date de sa mise en fonction à celle du 10 novembre 2008, a permis de scanner plus de 3 127 camions toutes destinations confondues dont 972 pour le seul Bureau Principal.

Les suspicions, dira le chef du Bureau Principal, ont porté sur 1187 cargaisons dont 564 pour Kayes. Le scanning a permis au Bureau de maîtriser le flux du trafic international des marchandises, tout en allégeant les différentes procédures douanières.

Le Bureau Principal des Douanes de Kayes a enrôlé 231 affaires contentieuses dont l’essentiel porte sur des opérations scannées, avec plus de 91 dossiers approuvés ayant généré la somme de 94 327 048 FCFA au titre du Budget d’Etat, soit un taux de réalisation de 143% par rapport aux prévisions initiales de l’année en cours.

Makan Dembélé de signaler que plus de 6 292 déclarations ont été enregistrées pour la mise à la consommation parmi lesquelles 34,96% ont fait l’objet de vérification avant expédition.

De son côté, le chef de la Brigade Mobile d’Intervention, l’Inspecteur Lassana Dembélé, dira que les activités de la BMI, durant les dix premiers mois de 2008 ont porté sur onze dossiers contentieux proposés à l’approbation qui ont généré plus de 21 millions de FCFA dont 15 369 495 FCFA au titre du Budget d’Etat. Quant aux droits et taxes, ils ont rapporté plus de 6 millions FCFA. La part des amendes et confiscations a porté sur 8 711 620 FCFA.

Le sucre, l’huile, la farine, le thé et le lait constituent les marchandises les plus sensibles.

Le chef de la BMI a évoqué quelques difficultés portant sur les moyens humains et matériels ce, par rapport à l’immensité des frontières, au relief difficile (sud montagneux traversé par des marigots, nord sahélien avec des contrebandiers puissamment dotés d’équipements modernes).

Le personnel de la BMI, a-t-il affirmé, est insuffisant et peu expérimenté pour la réalisation de certaines actions. Le véhicule disponible n’est pas en bon état avec des pannes à répétition.

L’Inspecteur Lassana Dembélé a souhaité la connexion de la BMI au réseau SYDONIA++ afin de permettre aux agents de suivre en temps réel le mouvement des marchandises en provenance du bureau frontalier de Diboli et à destination des bureaux de dédouanement.

Le chef de la BMI d’ajouter que pour soutenir les actions déjà engagées pour lutter contre la fraude sur les versants guinéen et mauritanien, ce, conformément au Plan d’Action Opérationnel, la Brigade Mobile d’Intervention des Douanes de Kayes a besoin de matériel roulant, une pinasse pour la surveillance du fleuve, deux véhicules tout terrain, un pour les patrouilles en campagne et l’autre pour des patrouilles de surveillance permanente dans la ville de Kayes et les alentours de la commune urbaine.

Appui constant de la Direction générale à la Douane de Kayes
L’Inspecteur Lassana Dembélé a souhaité que les postes de contrôle de Kayes N’Di, de Samé et de Kéniéba soient des positions avancées de la BMI afin de mieux coordonner les actions et les activités de la BMI. En réponse à ces différents intervenants, le Directeur Général des Douanes a tenu, tout d’abord, à rassurer les agents sur l’appui constant la hiérarchie, à leur égard, pour le bon accomplissement des missions que l’Etat malien a confiées à la Douane.

Le Colonel Amadou Togola s’est félicité du bilan honorable réalisé par l’équipe régionale des Douanes de Kayes durant les dix premiers mois de l’année. Il dira que dans les années 1990, les réalisations mensuelles de la direction régionale des douanes de Kayes tournaient autour de 38 millions F CFA, alors qu’ aujourd’hui, ce chiffre a connu une exceptionnelle hausse avec plus de 2, 22 milliards F CFA par mois.

Cette performance, selon lui, est à saluer à juste titre. Et de rappeler, comme lors des précédentes étapes de sa prise de contact avec les agents sur le terrain, que dans les régions de Koulikoro, Ségou, Sikasso et du District de Bamako, la Douane est une administration centrale chargée de veiller sur la sécurité de l’économie nationale, d’assurer et protéger la santé des populations, par la lutte contre le trafic et la circulation des stupéfiants, des armes et autres produits nuisibles de contrebande.

Parlant du cas du bureau secondaire de Kéniéba évoqué lors des échanges avec les agents des douanes de Kayes, le Directeur Général a donné instruction au Directeur régional d’envoyer, dans les plus brefs délais, le complément, en agents de ce bureau aujourd’hui animé par le seul chef de bureau le Contrôleur Sidi Yahiya Ould H. Il faut signaler que le bureau secondaire de Kéniéba est situé à 240km de la ville de Kayes.

Les autres bureaux secondaires de la région tels que Yélimané et Sadiola connaîtront des améliorations pour l’accomplissement correct des missions qui leur sont assignées.

Pour sa part, le Sous Directeur des Enquêtes Douanières,le Commandant Modibo Maïga a déploré des imperfections concernant les camions dont les chargements sont dédouanés à Kayes. Il dira que de gros efforts sont faits, mais qu’il reste beaucoup d’autres à faire dans le domaine de l’application correcte et efficace des règles en vigueur, allusion faite au cas du ciment.

Le Commandant Modibo Maïga a aussi déploré le manque de communication de la part des services douaniers de Kayes, concernant les transactions douanières à différents niveaux.

Le chef du Bureau de Contrôle Interne, l’Inspecteur Massama Doumbia, a déploré la mauvaise conduite du contentieux au niveau du Bureau de Kayes. Il a souhaité le respect du contrôle hiérarchique et l’application correcte des points inscrits dans le tout nouveau Plan d’Action Opérationnel.

Quant au Sous-Directeur de la Réglementation, l’Inspecteur Modibo Kane Kéita, il dira que des efforts ont été faits dans le cadre de la délivrance des exos et qu’il appartient à l’équipe en place de l’améliorer.


Le port sec de Kayes en fin de travaux

Par ailleurs, le Directeur Général des Douanes a rencontré les opérateurs économiques de la région conduits par le 1er vice Président de la délégation régionale de la Chambre Consulaire de Commerce et d’Industrie. Les opérateurs, après avoir évoqué quelques petites difficultés au début de la mise en fonction du scanner, ont laissé entendre que les transactions sont plus que jamais rapides en ce moment.

Le Colonel Amadou Togola, après cette rencontre, a visité le port sec en fin de travaux, dont le coût de réalisation est de 1 200 000 FCFA. Le promoteur de cet ouvrage, Ahamada Soukouna, a souhaité travailler avec les Douanes du Mali. Il a dit au DG que le port sec est à la disposition des douanes maliennes. Le port sec est un lieu où les camions en provenance et en partance stationnent avant déchargement.

Il a déploré, tout comme Youssouf Kéita, le 1er vice président de la CCIM régionale, le stationnement des camions le long de l’axe central de la ville de Kayes, encombrant du coup la circulation souvent pendant de longues heures. Ahamada Soukouna a déclaré qu’il a prévu une place pour le scanner de la douane dans l’enceinte du port sec situé à la sortie de la ville de Kayes vers le Sénégal.

Pour sa part, le Colonel Amadou Togola s’est réjoui de la construction d’un port sec à Kayes et n’a pas exclu des discussions avec le promoteur pour son utilisation judicieuse.

Envoyé spécial à Kayes Zhao Ahmed BAMBA

*20 Novembre 2008