Partager


Le Bureau secondaire bientôt érigé en Bureau principal pour 100 millions de FCFA

A cause des performances réalisées, ces derniers temps, en matière de recouvrements des recettes, le Bureau secondaire sera érigé en Bureau Principal et connecté au réseau SYDONIA++. Coût de réalisation 100 millions de FCFA.

près la direction régionale, le Bureau principal de Kayes et le Bureau secondaire des Douanes de Diboli, le Colonel Amadou Togola, dans le cadre de sa première visite de prise de contact, avec les agents la base, s’est rendu à Nioro du Sahel, le 18 novembre 2008, à la tête d’une forte délégation de l’Administration Générale des Douanes du Mali. Accueillis par une population enthousiaste, le Directeur Général des Douanes du Mali et les membres de sa délégation ont eu droit à l’hospitalité des notables de la ville de Nioro du Sahel.

Lors de l’étape de Nioro du Sahel, la tournée du Directeur Général des Douanes du Mali a été marquée par l’annonce par le Colonel Amadou Togola de l’érection du Bureau secondaire des douanes de la localité en Bureau principal. Pour cela, un nouveau bâtiment verra le jour dans les toutes prochaines semaines. Ce nouveau Bureau, dans lequel il est prévu d’injecter un montant de 100 millions de FCFA, sera connecté au réseau SYDONIA++.

Le Directeur Général des Douanes interpellé par, le chef de Bureau par rapport au manque d’eau potable et d’électricité, a promis que des dispositions seront prises dans les plus brefs délais pour remédier à ces problèmes.

Le Colonel Amadou Togola s’est réjoui des performances réalisées dans le domaine du recouvrement des recettes au titre du Budget d’Etat. Il n’a pas manqué d’inviter l’équipe en place, sous la conduite du Capitaine N’Tjiké Diarra, à redoubler d’efforts pour améliorer, à l’avenir, les résultats positifs en recettes enregistrés depuis le début de l’année.

Auparavant, le chef du Bureau secondaire des douanes de Nioro, l’Inspecteur N’Tjiké Diarra, après avoir souhaité la bienvenue au Directeur Général et à sa délégation, avait souligné que c’est la première fois que le Bureau secondaire de Nioro du Sahel reçoive la visite officielle d’un Directeur Général des Douanes du Mali accompagné d’une aussi forte délégation.

Le Bureau secondaire, qui fait frontière avec la République sœur de Mauritanie était difficilement accessible, il y a de cela quelques années. Le bitumage de la route Bamako-Nioro du Sahel-Nouakchott a conféré de la fluidité au trafic sur cet axe.

Le Capitaine N’Tjiké Diarra a déploré le manque d’eau potable, d’électricité, toute chose qui rend difficile les activités informatiques du Bureau, tout en mettant le personnel dans une situation de travail inconfortable. Les moyens mis à sa disposition – un véhicule 4×4 et deux motos hors d’usage – demeurent insuffisants pour qui connaît la multitude des pistes le long de la frontière entre le Mali et la Mauritanie, surtout en cette fin d’hivernage.


Plus de 220 millions de F CFA versés au Budget d’Etat en moins d’une année

En dépit des difficultés évoquées et en exécution de ses missions, le Bureau secondaire des douanes de Nioro du Sahel a réalisé, au cours des dix premiers mois de l’année 2008, la somme 221 019 505 F CFA au titre du Budget d’Etat.

En matière de contentieux, cinq affaires ont été constatées dont deux sont en instance. Ces contentieux, a confié l’Inspecteur Diarra, ont dégagé la somme de 7 313 750 F CFA. Parlant de la fluidité du trafic routier, le Capitaine N »Tjiké Diarra a déclaré que le Bureau secondaire de Nioro du Sahel a émis 593 titres de transit d’une valeur de 2 381 160 125 F CFA portant essentiellement sur des véhicules.

Au tout début de l’année 2008, le Bureau secondaire de Nioro du Sahel a enregistré le passage de produits pétroliers d’un volume de 1.297.143 litres dont 963.500 litres de gas-oil destinés au Bureau National des Produits Pétroliers et 333.643 litres de gas-oil acheminés à l’antenne de Kayes.

A la faveur de l’exonération exceptionnelle accordée à certains opérateurs économiques pendant le mois de Carême, des titres de transit relatifs à l’huile alimentaire ont été levés et escortés, portant sur 978 tonnes dont 48 tonnes 680 kg sont arrivées à Kayes, 213 tonnes à Kati et 717 tonnes au Bureau des Exonérations des Maliens de l’Extérieur (BEMEX).

Les syndicats des transports du Mali et ceux de Mauritanie à coutaux tirés
Le Capitaine N’Tjiké Diarra a laissé entendre que, depuis le 25 octobre 2008, il existe une incompréhension entre la Mauritanie et le Mali liée à un problème de transport des personnes. Les syndicats de transport en commun de la Mauritanie ont accusé leurs homologues du Mali de s’être livrés au transport à l’interne sur le territoire mauritanien violant ainsi les conventions en vigueur liant nos deux pays en matière de transport de personnes et de leurs biens.


Le chef du Bureau dit avoir souligné cette situation dans un message, le 31 octobre dernier, adressé au Directeur régional des douanes de Kayes.

Pour sa part, le Secrétaire Général du Syndicat des travailleurs de la Douane, l’Inspecteur Yacouba Katilé, s’est réjoui de l’appropriation par le bureau syndical de la nouvelle dynamique tendant à humaniser les rapports professionnels au sein des services douaniers. Avant de rappeler à ses camarades qu’il y a deux politiques en matière de direction:

l’approche directive qui tend à faire du travailleur un simple exécutant des décisions et mesures, se soldant, en général, par l’apathie des travailleurs qui ne se sentent pas concernés par les résultats, voire l’avenir de leur profession et l’approche dite consensuelle et persuasive, qui explique aux travailleurs qu’ils sont au centre des décisions et qu’ils constituent les chevilles ouvrières de toutes les performances à réaliser.

Le Secrétaire Général du Syndicat a salué la Direction Générale des Douanes pour les concertations qu’elle vient d’initier marquées par des échanges directs et francs; une démarche qui jure avec la bureaucratie. Il a poursuivi en ajoutant que c’est ce genre d’approche qui est recommandée par le Bureau International du Travail (BIT).

L’Inspecteur Yacouba Katilé d’exhorter tous les agents des douanes à œuvrer, quel que soit leur statut, à l’harmonisation des rapports au sein de toutes les structures douanières. C’est à ce prix seulement que le contrôle hiérarchique et le contrôle de qualité seront des opérations intelligentes tendues vers le perfectionnement du service rendu, la performance des résultats et le respect mutuel entre toutes et tous.

Zhao Ahmed BAMBA

24 Novembre 2008