Partager

Ce 14 Février 2008, la salle de conférences de l’ambassade du Burkina Faso a servi de cadre au lancement du livre “Le Devoir d’être riche” . La cérémonie, dirigée par le ministre de la Formation Professionnelle et de l’Emploi, M. Ibrahima N’Diaye, a noté la présence de l’ambassadeur du Burkina Faso et d’autres personnalités évoluant dans le secteur de l’emploi.

Après le message de bienvenue de l’ambassadeur, M. Mohamed Sané Topan, l’auteur du livre, M.Bakaye Ibrahim Touré, a évoqué les problèmes et potentialités de la jeunesse.

Détenteur d’une Maîtrise en gestion des entreprises de la FSJE, M. Touré, à travers ce livre, retrace les mesures qui nous permettent d’atteindre le bien-être. Car malgré les efforts des pouvoirs, le chômage persiste, et pour cause : le manque de confiance en soi, la peur d’entreprendre… Mais “le chômage n’est pas une fatalité, et le combat contre la pauvreté est au bout du travail “ , a conclu l’auteur.

Les concepts de richesse et pauvreté

Sur le sujet de la “pauvreté”, les études antérieures réalisées au Mali ont révélé qu’il en existe trois formes. D’abord, la pauvreté de condition de vie qui se traduit par une situation de manque, dans les domaines relatifs à l’alimentation, l’éducation, la santé, le logement, etc. Il y a ensuite la pauvreté monétaire ou de revenu, qui exprime une insuffisance de ressources engendrant une consommation insuffisante. Enfin, il y a la pauvreté en potentialité, caractérisée par le manque de capital: accès à la terre, aux équipements, au crédit, à l’emploi, etc.

Selon l’enquête de la MEFP/DNSI de 2001, le seuil de pauvreté est fixé à 144.000 FCFA ; l’indice de pauvreté est de 67% de la population du Mali qui consommaient annuellement l’équivalent de moins de 144 000 FCFA en 2001 et se trouvaient, de ce fait, classés dans la population pauvre.

La richesse est définie selon le milieu et la classe sociale, tantôt comme étant le fait d’avoir des connaissances intellectuelles pour ceux qui ont réglé leurs soucis matériels, tantôt comme étant le fait d’acquérir des biens matériels pour ceux qui survivent.

Dans le milieu urbain, elle est définie comme la possession de belles voitures, de belles maisons, de beaux habits, etc.
_Dans le milieu rural, selon chaque groupe social, elle est définie tantôt comme la possession d’animaux (chez les éleveurs), tantôt comme la possession de champ (chez les paysans).

La richesse est le fait d’être en possession de biens, de qualités ou de connaissances qui vous valorisent aux yeux des autres.

Pourquoi la richesse?

Parce que la richesse permet d’acquérir du respect, partout où l’on se trouve, avoir une personnalité, s’exprimer librement, être écouté, être à l’abri du besoin, manger bien à sa faim à tout moment…

Selon le ministre de la Formation Professionnelle et de l’Emploi, ce livre est l’expression de la conviction et de la détermination de l’auteur à aider les acteurs de la lutte contre le chômage. Aussi, ce document est un ensemble de référence pour la réussite, dira-t-il.

Le directeur de l’ANPE était également de la fête, qui n’a pas manqué de souligner le nombre de demandeurs d’emploi par jour et par mois, qui frappent à la porte de son département.

Rappelons que ce document a été édité grâce au concours financier de l’Agence Nationale pour l’Emploi (ANPE). Il est disponible dans les librairies Terre des Mots, Bah, Togouna, Papeterie Keïta, Papeterie Ibrahim Siguipily et Frères, Traoré…

Bakoroba COULIBALY

18 Février 2008.