Partager

L’ancien président du Conseil régional de Koulikoro non moins député à l’hémicycle (élu à Dioïla), doute de l’aboutissement de la motion de motion de censure déposée par l’opposition contre le gouvernement du Mali.

Selon lui la coalition de l’opposition est allée vite en besogne, car de son avis, aucun fait actuel ne peut déterminer la motivation de cet acte. Au contraire, pour lui, c’est le moment de racoler les morceaux des fractures entre les Maliens pour sauver le Mali. « C’est le moment de l’alliance sacro-saint autour de nos institutions pour donner un élan d’impulsion au processus démocratique du Mali et de régler les problèmes dont notre pays est confronté « a-t-il déclaré.

S’agissant des motivations de la motion de censure brandie par l’opposition, le député de Dioila pense que tous les arguments évoqués par la coalition de l’opposition sont antérieurs au premier ministre Moussa Mara. C’est ainsi qu’il rappelle que le problème de l’avion présidentiel, même s’il y’a des tentatives de justification au parlement, peut être considéré comme une erreur.

Concernant les fraudes qualifiées et organisées pendant les examens du DEF et du BAC, il avoue que des situations pareilles se déroulent dans tous les pays, inévitablement même s’il faut corriger coûte que coûte. A son avis, il n’y avait pas l’objet d’aller à une motion de censure. Il craint qu’un tel événement ne se produise tous les mois pour empêcher le fonctionnement normal de l’Assemblée nationale.

L’élu de Dioila reconnaît cependant la valeur de l’opposition malienne. « L’opposition est dans sont rôle de levier et de stimulateur de la démocratie « a-t-il fait savoir. Pour lui, les agitations de l’opposition ne visent qu’à conquérir le pouvoir »sauf que les argumentaires développés sont trop faibles’‘ a-t-il martelé.

Zoumana NAYTE (Correspondant à Koulikoro)

18 Juin 2014