Partager

Telle est la réponse que le Délégué Général aux Elections, le Colonel Siaka Sangaré a prononcée devant les journalistes ve­nus au grand nombre au Centre international de conférences de Bamako, hier mercredi 21 mars. « La question sur l’audit du fichier électoral se pose sur un terrain purement politique et dans la rue ou dans les colonnes des journaux. Il faut attendre qu’elle soit sur le terrain administratif ou judiciaire pour que nous répondions à la question. Pour le moment, elle n’est même pas, encore, à l’ordre du jour » a martelé le Colonel Sangaré. Avant de soutenir que « le fichier électoral dont il est question est fiable et permet la tenue délections transparentes et crédi­bles « . Une déclaration qui tranche avec les propos du Front pour la Démocratie et la République qui ne fait plus mystère de son intention d’exiger l’audit de ce fichier électoral.

Après les partis politiques, le lundi 19 mars dernier, le Délégué Général aux Elections, le Colonel Siaka Sangaré, a rencontré, hier mercredi 21 mars, les jour­nalistes, au Centre interna­tional de conférences de Ba­mako. Objectif : partager avec les hommes de médias toutes les informa­tions concernant le fichier électoral et les cartes d’électeurs.

Comme il fallait s’y atten­dre, la fameuse question de l’audit du fichier électoral, demandé par le Front pour la Démocratie Gt la Républi­que (FDR) une coalition de partis et d’associations po­litiques dirigée par le leader du RPM, El Hadji Ibrahim Boubacar Kéïta s’est retrou­vée sur la tapis. Cette coali­tion, faut-il le rappeler, est opposée à l’Alliance pour la Démocratie et le Progrès (ADP), un regroupement de partis politiques qui ont dé­cidé de soutenir la candida­ture du président de la Ré­publique, Amadou Toumani Touré pour un second man­dat à la tête du pays.

Sur la question, le Délé­gué Général aux Elections a été clair et net. « L’audit du fichier électoral n’est pas, encore, à l’ordre du jour. Pour le moment, la question se pose sur un terrain pure­ment politique, dans la rue ou dans les colonnes des journaux. Il faut attendre qu’elle soit sur le terrain ad­ministratif ou judiciaire pour que nous répondions à la question. Pour le moment, elle n’est même pas, encore, à l’ordre du jour » a martelé [e Colonel Sangaré.

Avant de soutenir que « le fichier électoral dont il est question est fiable et permet la tenue d’élections transpa­rentes et crédibles« . Une dé­claration qui tranche avec les propos du Front pour la Démocratie et la Républi­que qui ne fait plus mystère de son intention d’exiger l’audit de ce fichier électo­ral.

En effet, le FDR a des appréhensions sur le fichier électoral. Ses membres af­firment que « les bases des données que constituent les listes électorales ont été tri­patouillées en amont« . C’est pourquoi, ils soutiennent qu’ « il y a incompatibilité en­tre le nombre des cartes d’électeurs confectionnées st le nombre de votants po­tentiels« .

Des couacs, selon eux, qui « constituent les pre­miers instruments d’un sys­tème de vol planifié » pour assurer la victoire au prési­dent sortant Amadou Toumani Touré à la prési­dentielle dont le premier tour est prévu pour le 29 avril prochain.

Pour corroborer sa thèse, le FDR indique que « pendant que les car­nets manquaient officielle­ment sur tes sites d’inscrip­tion, des individus, à la solde du Général-Président, se promenaient la nuit avec des lots de carnets pour faire inscrire des gens n’ayant aucun papier d’état civil« .

«Le ficher électoral est fiable et permet des élections transparentes et crédibles»

C’est pourquoi, il de­mande l’audit du fichier élec­toral dans le souci d’élec­tions transparentes et cré­dibles. Car, de son avis « de bonnes élections, c’est moins ce qui se passe en aval que ce qui s’est passé en amont A moins que tous les discours en faveur des élections transparentes et crédibles ne soient que de la poudre de plus aux yeux des Maliens« .

Cependant, à en croire le Délégué Géné­ral aux Elections, le Colonel Siaka Sangaré, « le fichier électoral malien est fiable et permet des élections trans-parentes et crédibles, sans être pourtant irréprochable » a-t-il indiqué.

Tout en soute­nant que l’ensemble des partis politiques du Mali a participé à l’élaboration du fichier électoral dont il est question. « Quand nous les avons rencontrés, le lundi 19 mars dernier autour de la question, aucun d’entre eux n’a mis en cause le fichier électoral. S’ils ne l’ont pas fait, c’est qu’ils savaient que ce­lui-ci a été établi de com­mun accord avec eux« .

Pour preuve, le Colonel Siaka Sangaré a mis à la disposi­tion de la presse un docu­ment attestant la participa­tion des partis politiques aux travaux des commissions administratives pour l’an­née 2006-2007 au sujet du fichier électoral. Dans ce document qui est assez ex­plicite, il est, bel et bien, consigné le nom des partis du FDR qui ont participé aux travaux de commissions.

A titre d’exemple, il a cité le RPM qui, de Kayes à Kidal en passant, par Bamako, a participé aux travaux des commissions. Idem pour le PARENA qui a couvert la quasi-totalité des régions pour les travaux des com­missions administratives. Même les partis comme la CDS de Blaise Sangaré ou encore la COPP de l’excel­lent Me Mamadou Gakou ont participé, à travers le pays, aux travaux des commis­sions administratives pour l’élaboration du fichier élec­toral.

Au finish, le Délégué Général aux Elections, le Colonel Siaka Sangaré a indiqué devant les repré­sentants de la presse ma­lienne que toutes les dispo­sitions ont été prises pour la sécurisation des cartes d’électeurs. Avant d’inviter celle-ci à accompagner le processus électoral de fa­çon honnête et digne, au nom la démocratie et pour le bonheur du Mali.

Alassane DIARRA

22 mars 2007.