Partager

Les examens commenceront le 29 juillet au 31 juillet 2019. et les candidats à l’examen du diplôme d’étude fondamental ( DEF) sont inquièts et les revisions et seances d’exercices battent leur plein. Quel etat d’esprit animent ces futurs heureux ou malheuruex candidats? Quelques uns nous font des confidences.

Alou Badra Baradji élève à l’école privée YENA ISSA de Bacodjicoroni ACI :«Les nombreuses grèves survenues cette année scolaire 2018-2019 ne nous ont pas été benefiques; du coup je suis beaucoup stressé car c’est ma première fois et j’ai peur aussi que les sujets ne soient pas à notre portée. Je ne peux que souhaiter bonne chance à nous tous.»

Fatoumata Bagayako élève à l’école les Expériences de Bacodjicoroni ACI : «Je viens tous les jours apprendre ici, au bord du fleuve, c’est calme et cela m’aide beaucoup à assimiler mes leçons. Je me sens prête pour l’examen et j’ai confiance en moi. Malgré qu’il y a eu beaucoup de grèves on a pu terminer notre programme dans toutes les matières car nos professeurs dispensaient les cours même les week-end».

Karim Diakité élève à l’école les Etoiles de Bacodjicoroni ACI : «C’est ma troisième année à reprendre le DEF. Je suis pas stressé. Malgré les grèves de cette année,mes anciens cahiers m’ont servi a réviser et à être en avance sur les autres. Certains de mes camarades de classe viennent chez moi et nous traitons ensemble des anciens sujets de mathématiques, physique et chimie. Je me debrouille bien dans ces trois matières. Les trois années perdu m’ont apportés beaucoup d’expériences et j’ai jamais baisser les bras parce que j’ai été toujours parmi les meilleurs de ma classe et j’espère que cette année sera pour moi celle de ma reussite et celle de mes camarades.»

Mamadou Camara , élève à l’école fondamentale de Bacodjicoroni : «Nous n’avons pas de niveau pour les épreuves écrites qui commenceront le lundi prochain. Les grèves ont beaucoup joué sur l’année académique et surtout au niveau des écoles publiques. Les élèves des écoles privées ont eu la chance de finir leurs programmes et de s’exercer beaucoup avant la fixation des dates des examens. La revision de l’eduaction malienne, pour une hausse du niveau des élèves doit être l’une des priorités du gouvernement malien .»

Boly Keïta
Bamako, le 24 Juillet 2019
©AFRIBONE