Partager

Il y a sept mois -exactement le 25 février 2007-, 15 leaders politiques et un responsable d’association, sous la direction d’IBK, s’étaient donnés rendez-vous à l’espace culturel“Blomba”, sis à Faladié, pour mettre, sur les fonts baptismaux, le Front pour la Démocratie et le Progrès (FDR), un regroupement de circonstance, -comme le temps a fini par le démontrer- qui s’était donnée pour vocation d’affronter la mouvance présidentielle. Mais c’était sans compter sur ce que les grecs ont appelé“Vox populi, vox deï”, entendez“Voix du peuple, voix de Dieu

En effet, le Chef de l’Etat fut quand même réélu, et dès le premier tour, par un score sans appel de plus de 70% des suffrages exprimés.
Un plébiscite dont Bakary Konimba Traoré dit“Pionnier” n’avait peut-être pas compris le sens, lui qui s’était subitement découvert de nouveaux penchants pour le camarade IBK.
Tous le comportement et les propos de Bakary“pionnier” laissaient croire qu’IBK serait aujourd’hui à Koulouba. Mais hélas, au lieu de la Présidence de la République, le Mandémansa cherche aujourd’hui une porte de sortie honorable pour son parti, après avoir, depuis lors, foulé les principes du FDR aux pieds.

Autant dire que le FDR est mort de sa belle mort. Le jugement n’est pas trop sévère, quand on réalise que ce qu’il en reste se livre, de nos jours, à un combat de ring.
En effet, dans les rangs du FDR, seuls le RPM et le PARENA sont parvenus à sortir la tête hors de l’eau, à l’issue des législatives dernières, avec respectivement 11 et 4 députés.

Au lendemain des législatives déjà, d’aucuns voyaient, dans cet exploit peu glorieux, un fil conducteur susceptible de maintenir la présence -si précaire soit-elle- de ce regroupement sur la scène politique nationale. Mais selon quelque uns de leurs militants, c’était apparemment prêter trop de bon sens politique aux responsables du FDR, plus particulièrement IBK.

Et Tiébilé et camarades ne diront pas le contraire, après le refus net à eux signifié par IBK par rapport à leur demande de renfort pour mieux conforter leur position à l’Hémicycle.
Face à son l’impossibilité de former un groupe parlementaire avec ses 4 députés, le PARENA avait jugé bon, dans le cadre du FDR, de combler ce vide avec un élu RPM. Mais le parti du “Bélier blanc” s’est vu signifier une fin de non recevoir de la part d’IBK et camarades.

La raison de ce refus était très simple: voir un PARENA affaibli, isolé, et contraint de suivre le RPM, avec tout ce que cela comporte comme caprice et conséquences. Heureusement que le parti de Tiébilé en fut épargné, avec la décision de Mme Mariko Minata Sidibé -élue à Dioïla sur la liste Adéma- de rejoindre les rangs des “Béliers blancs”.

Même après que le PARENA soit parvenu à s’ôter cette grosse épine du pied, IBK et caciques s’attendaient à ce que Me Hamidou Diabaté et ses camarades forment un groupe parlementaire PARENA. Aussi, la désillusion et la surprise furent grandes au sein des Tisserands lorsque la déclaration de Me Hamidou Diabaté a annoncé la formation du groupe parlementaire PARENA-SADI.

Il n’en fallait pas plus pour qu’IBK et ses alliés crient à la violation des principes du FDR par les “Béliers blancs”, oubliant pourtant que ceux-ci en sont arrivés là suite au refus du RPM de satisfaire leur demande d’octroi d’un député… RPM. Alors question : qui, du RPM et du PARENA, a été le premier à violer les principes du FDR?

Malgré tout, Les deux parties s’accusent mutuellement. Mais ce qui est indéniable, c’est que le RPM, bien avant les législatives, a été le premier à rejeter la candidature de cette dame du PARENA en Commune IV, dans la foulée de la constitution des listes de candidature.
C’est d’ailleurs ce qui aurait poussé le président du PARENA, Tiébilé Dramé, à vouloir constituer une liste de candidature avec l’URD à Nioro, même si la dite liste a été finalement annulée par les juges constitutionnels.

Cette décision de Tiébilé Dramé semble faire partie de l’argument du RPM, dans sa quête de responsable du piétinement des régles du FDR. Mais IBK et ses camarades semblent avoir oublié ce“petit incident” de la Commune IV. A moins qu’il ne soit dit, dans les textes du FDR, que le RPM doit jouir de plus de droits que les autres formations dudit regroupement?…

Et pendant que le RPM en accuse la constitution des groupes parlementaires, les “Béliers blancs” décident tout bonnement de prendre toutes leurs responsabilités.

Comme le dit l’adage, “il n’y a jamais deux sans trois.” Et sans s’en rendre compte peut-être, les deux partis venaient de signer définitivement l’acte de décès du FDR, donnant ainsi raison au Pr Issa N’Diaye qui, à maintes reprises, a fustigé le “comportement accaparant, étouffant et égocentrique” du “Châtelain, de Sébéninkoro”.

Après la grande estocade que le Président du RPM a administrée au FDR, qui peut encore disputer, au Pr N’Diaye, la véracité de ses propos? Personne, sauf peut-être… les Tisserands qui ont désormais maille à partir avec leur chef qui ne cesse de mélanger les fils, au point que la machine à tisser du RPM est aujourd’hui sur le point de se détraquer.


Adama S. DIALLO

04 octobre 2007.