Partager

S’agit-il d’un canular, d’un ballon d’essai ou de manœuvres de diversion ? En tout cas, des propulseurs d’une candidature d’Alpha Oumar Konaré – ancien président du Mali et de la commission de l’UA en retraite à Titibougou – se trouvent actuellement en pleine phase de structuration. Ils se manifestent pour l’heure par de simples appels aux potentiels partisans, mais en promettant de franchir les étapes suivantes au moment opportun.

C’est du moins l’esprit d’une note d’information qui circule pour l’instant sous les manteaux, dont la paternité revient à une structure associative informelle dénommée CSA (Comité de Soutien à Alpha Oumar Konaré).

L’élection de domicile n’est pas mentionnée sur ladite note, laquelle comporte, toutefois, une adresse téléphonique joignable et sur laquelle l’existence du CSA nous a bel et bien été confirmée. « Vous serez très prochainement convié à notre Assemblée général », a en effet promis notre interlocuteur, en se retenant, par ailleurs, de révéler la totalité de son identité.

Quant au contenu de la note d’information, il ne se contente point de simples justifications d’un retour d’Alpha Oumar Konaré à la Colline mythique de Koulouba . Il s’étend également sur les objectifs et intentions du CSA, les modalités pour y adhérer et offre d’amples indications sur sa structuration à la base.

« Soutenir Alpha Oumar Konaré et assurer sa victoire aux élections présidentielles de 2012 ». Tels sont, entre autres, les objectifs déclarés des auteurs du document, lesquels s’engagent ne même temps à consolider les « acquis et les jalons posés » au cours des deux mandats de l’ancien président, dans les domaines notamment de la démocratie, du renforcement de la paix, du développement économique, social et culturel, de l’unité africaine, etc.

Dans la même veine, les inistiateurs du CSA s’engagent à soutenir les programmes administratifs, scolaires, sanitaires et infrastructurelles parmi tant d’autres réformes initiées par celui que ses adeptes considèrent comme « une chance pour le Mali ».

Tout en insistant sur le caractère apolitique de l’association, les précurseurs du mouvement pro-Alpha laissent entendre que ses portes sont grandement ouvertes à tout Malien qui partage leurs idéaux, leurs objectifs et s’acquitte convenablement de ses devoirs militants.

Pour en être, en effet, il faut appartenir à une cellule du CSA, à savoir un regroupement d’au moins une vingtaine d’adhérents sur le point de voir le jour aux niveaux des villages, des quartiers, communes, services, corporations, etc.

Voilà qui offre une idée des enjeux, étendue et dimensions de la bataille de 2012 pour laquelle les armes sont affutées un peu partout au sein des forces politiques les plus significatives au Mali.

Mais il convient de noter que cette nouvelle vient en rajouter à la confusion après que Alpha Oumar Konaré ait clairement déclaré sur des antennes internationales que « 2012 ne fait pas partie de son agenda ». Une assurance suivie de celle d’ATT qui se disait tout aussi désintéressée pour un troisième mandat.

Toutefois, depuis un certain temps, il n’est pas si rare d’entendre des voix plus ou moins autorisées – mais assez influentes – monter au créneau pour réclamer urbi et orbi que saute les verrous constitutionnels qui entravent à la candidature de chacun des deux hommes.

Cela au moment où le peuple entier attend le verdict d’une commission mise en place pour travailler sur des nouveaux textes fondamentaux.


Aurore

A KEITA

07 Juillet 2008