Partager

L’école malienne traverse une crise depuis 15 ans, pour resoudre ce problème et lui redonner la place qui est la sienne dans le développement du pays, le Cadre de Réflexion et d’Action des Jeunes (CRAJ) a organisé un meeting d’information et de sensibilisation de l’opinion publique nationale. C’était le lundi 19 mai au pavillon des sports du Stade Ominisports Modibo Kéïta.

Les principaux orateurs de ladite manifestation étaient le secrétaire aux relations extérieures de la coordination des syndicats de l’enseignement secondaire (COSES) et le président du CRAJ Mahamane Mariko; en présence d’une foule nombreuse venue de tous les confins de la capitale.

Les raisons du bras de fer entre la COSES et le Gouvernement

Le secrétaire aux relations extérieures de la COSES Mark Dembélé, dans son intervation, a largement évoqué le malaise qui prévaut actuellement au sein de notre système éducatif. Selon lui, les revendications du COSES s’élèvaient à 7 points au mois d’octobre passé et pour faire aboutir ces doléances, la COSES a observé des grêves.

Suite à la non satisfaction des doléances, la nouvelle tactique du syndicat des enseignants du secondaire a été la retention des notes puis la non évaluation des élèves.

Les points qui constituent la pomme de discorde entre la COSES et le Gouvernement malien se résument ainsi : l’octroi d’une indemnité aux enseignants relevant de la COSES, la relecture des textes pour permettre aux enseignants contractuels de bénéficier de la formation et la promotion au sein de l’administration scolaire,

l’augmentation des salaires des contractuels comme l’avait promis à l’UNTM, la relecture de l’article de 60 de l’éducation pour permettre aux contractuels d’occuper des postes de responsabilité au sein de l’administration de l’école, l’application correcte des textes pouvant empêcher les enseignants du supérieur d’occuper les académies et les CAP.

Parmi les revendications que le secrétaire aux relations extérieures a évoquées, il a mis l’accent sur l’indemnité de logement. Si cette dernière était résolue la COSES serait prète à rebrousser chemin.


La conscientisation de la jeunesse pour un avenir radieux

Selon le président du CRAJ Mahamane Mariko, l’objectif de ladite rencontre est d’informer la population sur la situation réelle que traverse notre école, et de conscientiser les jeunes afin qu’ils soient à l’abri des appâts des hommes politiques.

Selon M. Mariko, un sursaut national est nécessaire pour trouver une solution durable aux problèmes de notre école. Il a dénoncé ensuite la multiplication des écoles privées, avant de demander aux jeunes de développer la culture de l’excellence tout en rejettant les manoeuvres politiciennes.


Mamoutou DIALLO (Stagiaire)

21 Mai 2008