Partager

Le corps de la journaliste française Camille Lepage, tuée lors d’un reportage en Centrafrique avec les milices chrétiennes, a été rapatrié vendredi, a-t-on appris de source aéroportuaire. Âgée de 26 ans, cette photographe indépendante a été tuée dans une embuscade dans la région de Bouar (ouest), près du Cameroun et du Tchad, l’une des régions les plus touchées par les affrontements entre groupes armés qui font rage en Centrafrique. Sa mort a été annoncée mardi par l’Elysée. Une enquête est menée par la prévôté de la force française Sangaris et la force africaine Misca pour connaître les circonstances de la mort de la jeune femme. Le parquet de Paris a également ouvert mercredi une enquête préliminaire sur son décès. Sa mort a soulevé une grande émotion en France. Une minute de silence a été observée mercredi à l’Assemblée nationale et le président François Hollande a promis de mettre en œuvre « tous les moyens nécessaires pour faire la lumière sur les circonstances de cet assassinat et retrouver les meurtriers ».
Camille Lepage est la troisième journaliste à mourir en Centrafrique ces dernières semaines, après le meurtre de deux journalistes centrafricains à leurs domiciles le 29 avril. Le syndicat de la presse privée ivoirienne (SYNAPP-CI) a appelé les autorités centrafricaines à « assurer » la sécurité des journalistes.AFP.