Partager

Détention depuis le 9 mai dernier de Adama Sangaré : Le conseil du district s’inquiète et souhaite sa mise en liberté provisoire

Réuni en session extraordinaire, le mercredi 5 juin 2013, pour informer de la situation du maire qui a été placé sous mandat de dépôt depuis le 9 mai dernier, le Conseil du District de Bamako a décidé d’informer l’opinion sur la situation qui prévaut. Les élus du district expriment leur soutien à Adama Sangaré et souhaitent sa mise en liberté provisoire.

Dans le communiqué issu de cette rencontre dont une copie a été déposée à notre rédaction, le conseil a tenu de préciser que le maire du District de Bamako a, dans ses attributions légales, la régularisation foncière des concessions rurales, suite à la gestion du patrimoine du gouvernorat entre 1978 et1998.

Ainsi, poursuit le document, il a pris un acte administratif d’attribution dans l’exercice normal de ses fonctions. C’est cet acte qui fait l’objet d’une qualification pénale par le parquet de Bamako qui vaut la détention du maire du District de Bamako.

« Malgré les explications des avocats et de la Mairie du District, le maire reste privé de sa liberté. Conformément aux dispositions du code des collectivités territoriales et du statut particulier du District de Bamako, tout acte posé par la mairie peut être annulé, rectifié ou tranché par la tutelle ou par un juge administratif. Le traitement et l’évolution de ce dossier nous inquiètent au plus haut point par sa qualification pénale et interpellent l’ensemble des élus du Mali.

En effet, outre le fait d’être Maire du District de Bamako, Adama Sangaré est membre du Bureau de l’Association Internationale des Maires Francophones (AIMF). Avec de telles responsabilités, il serait conséquent de lui accorder la liberté provisoire, en attendant l’aboutissement de l’instruction dans le but de respecter le présomption d’innocence » peut-on lire dans le communiqué..
Dès lors, les élus du Conseil du District de Bamako, disent ne pas comprendre « la qualification pénale de ce dossier et la privation prolongée de liberté du maire « .

Car, soulignent-ils, cette absence prolongée du Maire entrave l’action municipale et entache l’image de la décentralisation, à un moment ou des dispositions internationales envisagent de mettre en avant les collectivités maliennes pour réussir le développement et la gouvernance après la crise.

« En conséquence, le Conseil du District de Bamako apporte tout son soutien au Maire Adama Sangaré, actuellement privé de liberté et demande sa libération en vue de poursuivre les actions engagées » conclut le communiqué.

Youssouf CAMARA

L’Indépendant du 11 Juin 2013