Partager

Avant l’arrestation des bandits armés dont les actes de barbarie ont fait la chronique la semaine dernière, le Commissaire de police Bakoun Kanté, Conseiller technique au ministère de la Sécurité et non moins responsable de la Cellule de coordination des opérations, a animé un point-presse le vendredi 28 octobre. L’objectif était de faire le point sur les dispositions prises afin de mettre le grappin sur ces bandits. C’était dans l’enceinte du ministère de la Sécurité.

D’entrée de jeu, Bakoun Kanté a indiqué qu’après la récente attaque de Sanankoroba et le braquage d’un client d’Ecobank, les dispositifs sécuritaires en vigueur ont été renforcés partout, notamment dans la ville de Bamako et à la périphérie. Selon lui, les forces de sécurité ont reçu l’instruction de procéder à l’interpellation de tous les véhicules et personnes suspectes. « Les patrouilles d’envergure nocturnes et diurnes sont en cours actuellement », a- t-il affirmé. Il s’agit pour eux de contrôler non seulement l’identité des personnes suspectes, mais aussi de vérifier l’immatriculation de tous les véhicules, notamment ceux dont l’immatriculation est illisible. A l’en croire, il y a des check-points au niveau des trois grands ponts de Bamako.

Par ailleurs, il a noté que les forces de sécurité ont reçu l’instruction d’interpeller les conducteurs des engins à deux roues transportant trois à quatre personnes. « Ces mesures existaient déjà, mais elles ont été renforcées suite aux événements malheureux de ces deux jours », a-t-il déclaré. Et d’inviter les usagers de la route à se plier à ces mesures de fouille. Ainsi, il fera savoir qu’il y a eu plusieurs interpellations après les événements. « Ces personnes interpellées se trouvent maintenant au niveau des commissariats de police et des brigades de la gendarmerie », a-t-il précisé. A cela s’ajoute une descente musclée dans certaines zones réputées être le nid du banditisme dans la capitale.

Pour conclure, il dira que l’opinion publique sera édifiée sur le résultat des enquêtes en cours très prochainement par le Directeur général de la police nationale et le Directeur général de la gendarmerie.

Boubacar SIDIBE

31 Octobre 2016