Partager

Le ministre de la Sécurité intérieure et de la Protection civile, accompagné, du chef d’état-major de la garde nationale, colonel Broulaye Koné, des directeurs de la gendarmerie nationale, colonel Illo Diallo, de la protection civile, colonel Mamadou Traoré, et de la sécurité publique de la police nationale, contrôleur général Falaye Kéita, a bouclé le 26 juillet dernier un périple dans des unités de sécurité et de protection civile de Kayes.

La visite du ministre s’inscrivait dans le cadre d’une prise de contact avec les services de sécurité de la région (gendarmerie, police, garde, protection civile). Outre la visite des locaux, il s’agissait, pour le ministre Gassama, de discuter avec les forces de sécurités sur leurs préoccupations.

Aussi les postes de contrôle et de surveillance sur l’axe Kolokani-Kayes (Sandaré, Ségala) Kayes-Kéniéba (Sadiola) et de Yélimané ont-ils reçu la visite du ministre tout comme les brigades, escadron, groupement de gendarmerie ; les pelotons et compagnie des gardes ; les postes de police implantés dans la région.

Mises en garde et promesses

En partance pour Kayes, la délégation a aussi visité la brigade de gendarmerie et le peloton de Kolokani. La visite des infrastructures a permis de constater que la plupart des unités sont confrontées aux mêmes difficultés : manque ou insuffisance de matériels roulants, défectuosité des locaux, insuffisance d’armements, manque de matériels de bureaux, insuffisance des logements. Des spécificités existent dans certaines localités avec l’absence de moyens de communication (talkies-walkies, téléphone), le manque de bureaux de peloton, de magasins d’armements.

A Kéniéba, située à la frontière avec le Sénégal et la Guinée et abritant des compagnies d’exploitation d’or, en plus de la dotation en moyens logistiques, le commandant de brigade a demandé au ministre la création de deux postes pour faire face aux éventuels actes de banditisme dans la zone. Le ministre a aussitôt promis la création de postes de sécurité temporaire à Faraba et Dialafara.

A Yélimané, au cours d’une rencontre avec les notabilités, deux préoccupations majeures ont été soumises au ministre : le vol de bétail, les incursions des Mauritaniens dans la zone interdite de Bougoudèrè.

Rapport de bon voisinage oblige, le ministre a exhorté la population à se ressaisir en entendant la matérialisation de la frontière.

Sur la première interpellation, le colonel Gassama a rappelé que, conformément à un programme établi pour l’année 2006, plusieurs unités de Kayes seront dotées en moyens pour sécuriser les personnes et les biens.

Le ministre a renouvelé son engagement à poursuivre les actions vigoureuses entreprises par son département, notamment la dotation des postes en motos, en matériels de bureaux, la construction d’infrastructures.

Amadou Sidibé
(envoyé spécial)

28 juillet 2005