Partager

Après Bamako et Kouremalé à la frontière guinéenne, la tournée de prise de contact que le nouveau directeur des douanes du Mali, le Colonel Amadou Togola, mène avec les structures douanières à l’intérieur du pays, vient de le conduire successivement dans les régions de Ségou et de Sikasso.

Il était accompagné pour la circonstance des principaux dirigeants de la douane à savoir le sous-directeur des enquêtes douanières le commandant Modibo Maïga, le sous-directeur des recettes et le sous-directeur chargé de l’administration générale. Ainsi, du 16 au 19 octobre, Togola et sa suite ont sillonné les localités de Ségou, Koutiala, Koury, Hérémakono Sikasso et Zégoua.

Dans la capitale des balanzans, Abdou Maïga, le chef du bureau principal de Ségou a indiqué que son bureau réalise près de 98 % des recettes de la quatrième région douanière du Mali. Ce qui induit souvent une certaine confusion entre le bureau et la région. Cette performance est réalisée par un effectif de 54 agents très dynamiques et disciplinés. Outre l’insuffisance de matériel, le chef de bureau soulignera l’accroissement constant des recettes.

Le directeur régional des douanes de Ségou, M. Salif Sissoko, dira pour sa part que la douane de Ségou compte un bureau principal (Ségou), deux bureaux secondaires (Bénèna et San), un poste de surveillance (Bla) et deux brigades mobiles d’intervention. Avec un effectif global de 102 agents, la direction régionale de Ségou a réalisé au cours des neuf premiers mois de 2008 et pour une prévision de 5,4 milliards F Cfa 5,5 milliards F Cfa, soit un taux de réalisation de plus de 110 %. Si la prévision annuelle de cette direction est de 6 milliards 672 millions, elle a réalisé à la date d’aujourd’hui 82 % de cette prévision.

A Koutiala l’accueil était placé sous le signe de l’entente entre les différents corps habillés de l’Etat. En effet, Togola et sa suite ont été bien reçus par un peloton composé de la douane, de la gendarmerie, de la garde nationale et de la police qui sont en friction dans d’autres localités.

Selon le chef de bureau de Koutiala, le quota assigné à son bureau est de 6,2 milliards F Cfa. A la date du 30 septembre 2008, le bureau a recouvré 3 798 926 813 F Cfa, soit un taux de réalisation de 76,10 % sur la période déjà écoulée et 60,41% des objectifs annuels de recettes.

Des facteurs favorables expliquent ce résultat parmi lesquels la mise en œuvre correcte du plan d’action opérationnel de la douane, le programme de scanning des marchandises et surtout la disponibilité et la grande discipline des agents en service à Koutiala. Participe aussi de ce succès la bonne collaboration qui existe entre le bureau et ses partenaires traditionnels que sont les commissionnaires agréés en douane, les opérateurs économiques, les usagers du service et les agents de Bivac.

Sikasso, la capitale du Kénédougou, a accueilli la délégation de la douane le 19 octobre. Cette région s’étend sur 71 780 km2 avec une population de 1 800 000 habitants. Elle occupe une position stratégique de par sa proximité avec trois pays (Guinée, Burkina Faso, Côte d’Ivoire) avec lesquels elle partage 1207 km de frontière.

Selon le directeur régional des douanes de Sikasso, le quadrillage de la région est assuré par onze unités dont cinq sont connectées au système Sydonia à savoir Sikasso, Koutiala, Koury, Hérémakono et Zegoua. La région compte également deux BMI à Bougouni et Sikasso, quatre autres bureaux à Manankoro, Kadiana, Filamana et Badogo. Toutes ces structures totalisent un effectif de 193 agents.

Ce personnel se caractérise par son inégale répartition en raison de son insuffisance globale, sa féminisation et son vieillissement au niveau des centres urbains. Ces caractéristiques ont contraint les autorités douanières régionales à mettre à contribution le personnel d’appui pour compléter les effectifs malgré son non-professionnalisme et son inexpérience par rapport aux emplois occupés.

En dépit de tous ces inconvénients, assure le directeur régional, les structures ont réalisé des objectifs quantifiés de recettes de plus de 16 milliards F Cfa sur la période allant du 1er janvier au 31 août 2008 sur une prévision de 18,4 milliards, soit 87,07 % de taux de réussite. Il faut aussi souligner que les dérogations tarifaires ont occasionné une perte de recettes globale de plus de 3 milliards au niveau des bureaux de Sikasso et Koutiala.

Le Bureau secondaire de Koury situé à la frontière avec le Burkina Faso dispose d’un effectif de 23 agents. Sa mission est la surveillance de la ligne frontalière, la bonne réception des chargements, le traitement diligent des dossiers afin de garantir la fluidité du trafic, la sécurisation des marchandises jusqu’aux bureaux de destination.

Ici l’essentiel des opérations de dédouanement se fait sur le ciment d’origine togolaise. Par rapport aux difficultés rencontrées, le chef du bureau de Koury a souligné le manque de véhicules et l’existence d’un seul groupe électrogène, le manque d’aire de stationnement des véhicules. En outre la position frontalière de Koury, a dit le maire de la localité, expose les populations à des risques d’insécurité liés à la prolifération des armes légères.

Risques d’insécurité, manque de carburant pour le groupe électrogène, manque de véhicule, dallage de l’aire de stationnement, dotation en pont bascule, formation et recyclage des agents, à Hérémakono à la frontière burkinabé aussi bien qu’à Zégoua à la frontière ivoirienne, ce sont les mêmes problèmes. Le directeur général de la douane a pris bonne note de toutes les doléances et a promis de les satisfaire dans la mesure de ses possibilités.


Mamadou Lamine Doumbia

22 Octobre 2008