Partager

«La fraude à laquelle nous avons eu droit le 26 avril dernier dépasse l’entendement»

Nombre astronomique de procurations, des présidents de bureaux de vote et des assesseurs dont la conscience a été purement et simplement achetée, des centaines de procès-verbaux non signés… Les fraudes relevées par les responsables du Collectif des partis politiques de Kalabancoro lors du scrutin communal du 26 avril dernier, sont massives. Un recours en annulation dudit scrutin est actuellement pendant devant le tribunal administratif.

Révoltés face à ce qu’ils appellent la mascarade électorale du 26 avril dernier dans la commune rurale de Kalabancoro, Cercle de Kati, les principaux responsables du Collectif des partis politiques de la localité étaient face aux hommes des médias le samedi 9 mai dernier, au siège de la sous-section URD de la localité.

Dans sa déclaration liminaire, Daouda Sow de la FCD, le président du Collectif dira que le regroupement est constitué par 18 formations politiques et des indépendants qui étaient en lice lors des communales du 26 avril dernier.

Les principaux partis de ce collectif sont l’URD, la FCD, SADI, l’US-RDA, la CODEM, le PIDS, MPLUS RAMATA, UDD, PARENA. Lors du déroulement de ces élections, «nous avons constaté des irrégularités très graves qui peuvent compromettre notre démocratie et mettre en doute la fiabilité et la transparence du scrutin», a déclaré M. Sow.


Il s’agit, entre autres, de :
la délivrance abusive des procurations vierges à certains partis politiques, le vote par des procurations avec des cachets différents, le vote par des procurations avec des signatures différentes, la délivrance de procurations vierges cachetées et signées par l’Administration (à l’instar de la procuration du bureau de vote 057 avec la carte d’électeur n°63763492 au nom de Madenkoura Sidibé).

Selon le conférencier principal, «il y a également eu des votes par centaines de procurations scannées et acceptées par les présidents des bureaux de vote ‘’achetés’’. Par rapport aux résultats, nous constatons avec regret une grande différence entre les résultats de la Commission de centralisation des résultats de Kalabancoro (11 547 voix) et ceux du préfet de Kati (12 117 voix).

Nous avons constaté la présence de bulletins parallèles avec deux types d’encre dans les bureaux de Gouana, à savoir les bureaux 65, 66, 67, 68…». Et, Daouda Sow de sortir de ses gonds : «la fraude à laquelle nous avons assisté le 26 avril dernier, dépasse l’entendement». Pour sa part, Mme Alima Sangaré de SADI de dire que c’est un combat d’idée qui est ainsi enclenché et non un combat de violence.

Pour Marcelin Guenguéré de l’URD, les fraudes constatées et dont ils conservent les preuves (preuves montrées aux journalistes) sont si graves que le collectif a saisi le Tribunal administratif de Kati, pour l’annulation pure et simple de ces élections. «Comment peut-on expliquer qu’il y ait plus de 80 % de procurations dans plusieurs bureaux de vote ; des individus qui ont voté une soixantaine de fois, des bulletins de dépouillement non disponibles dans plusieurs bureaux de vote, plusieurs procès-verbaux de déroulement du scrutin non signés par les délégués des partis ?».

D’autres intervenants ont pointé un doigt accusateur vers l’administration, notamment le sous-préfet Ibrahima Koïta et d’autres formations politiques.

Bruno D SEGBEDJI

11 Mai 2009