Partager


Ce dimanche 23 Novembre 2008, les militants du parti du “Soleil levant“ se sont levés “avec le soleil” (tôt), pour effectuer leur rentrée politique à Kanadjiguila, dans la Mairie de la Commune rurale du Mandé. Une rentrée politique qui paraît comme un signe de riposte et de mobilisation des troupes, à quelques encablures des élections communales de 2009.

Riposte par rapport à la “chasse aux sorcières” organisée et guidée contre trois conseillers et des militants CNID, qui s’étaient érigés en rempart contre les germes d’un système de fraude électorale en gestation dans le Mandé. Riposte également contre certains manipulateurs d’opinion qui, depuis un certain temps, font croire que les militants CNID du Mandé ont fait défection au profit de tel ou tel parti.

C’était donc l’occassion, pour les cadres, responsables et militants CNID, sous la conduite de l’honorable Ibrahim “Vieux“ N’Diaye et du Conseiller municipal Bernard Dakouo, de se retrouver et d’échanger, en perspective des élections communales de 2009. En fait, avec la présence, dans le Conseil communal, de ses 3 conseillers sur 23, le CNID entend s’adjuger la tête de la Mairie de la Commune rurale du Mandé, l’année prochaine.

Pour ce faire, il semble que les moyens ne lui manque pas, au regard de la foule de militants et de sympatisants CNID que la salle de conférence de la Mairie a eu du mal à contenir, ce dimanche à Kanadjiguila. Ce qui fera dire, au président de la section du Mandé, “Vieux” N’Diaye, que “la victoire du CNID est déjà perceptible, pour ne pas dire, un acquis”. Pour cela, le parti entend “veiller au grain”, pourrait-on dire, pour s’assurer, dès à présent, de la transparence des élections communales de 2009 au niveau du Mandé.

Aussi, les conseillers du parti ont déjà sollicité et obtenu l’arrêt des opérations de révision et de recensement dans ladite Commune, vu certaines pratiques qui y ont cours, tendant à favoriser la fraude. Il s’agit, entre autres, du gonflement des listes électorales par des électeurs fictifs et d’inscriptions abusives sans la présence physique des supposés militants…

Cette requête des conseillers CNID a suscité le courroux de certains adversaires politiques qui s’illustrent aujourd’hui par le dénigrement dans le Mandé, selon des militants CNID. Et selon celui que est incontestablement l’homme de cette rentrée politique du CNID dans le Mandé, M. Bernard Dakouo, aucune opportuniste ni arriviste ne viendront dicter leurs lois dans le Mandé.

“Nous ne demandons pas forcément aux gens de voter pour le CNID ; mais qu’ils votent pour les meilleurs choix, pour ceux qui se soucient du devenir du Mandé, même si, quelque part, il faut reconnaître que ces qualités ne font pas défaut aux militants du CNID”, a déclaré M. Dakouo à l’attention du public.

Des témoignages de chefs traditionnels, de jeunes, de vieux, et de nombreux sympathisants sont venus confirmer l’intégrité morale des militants CNID, leur engagement pour le développement du Mandé et le bien-être des Mandinka. Des témoignages faits sur la base de réalisations concrètes initiées et exécutées par les responsables du CNID-Faso Yiriwa Ton dans le Mandé.

Aussi, le député ”Vieux“ N’Diaye informera les militants de la volonté du président du parti, Me Mountaga Tall, de les rencontrer à leur demande, où et quand ils le veulent. La ministre Mme Maïga Sina Damba (notons qu’elle est du CNID) devait honorer, de sa présence, cette rentrée politique du parti dans le Mandé : elle n’a pu le faire, pour une raison de force majeure. Mais ce n’est que partie remise, dit-on, car dans les jours à venir, Mme Maïga Sina Damba sera “chez ses frères et soeurs du Mandé”.

Pour la prochaine victoire du CNID dans le Mandé, le chemin semble balisé ; reste à présent la confirmation. Ce qui passe par la mobilisation et l’engagement des militants qui, face aux futurs challenges, sauront faire preuve de combativité et de responsabilité, a-t-on assuré au CNID.


Adama S. DIALLO

25 Novembre 2008