Partager

Après Bamako le 8 juin, Ségou le 12, Sikasso le 13, Kayes et Mopti le 20 juin, la série d’atelier que le Centre malien pour le dialogue interpartis et la démocratie organise sur la biométrie, prend ses quartiers ce mardi 25 juin à Koulikoro. Ces rencontres, qui suscitent un grand engouement chez les participants, sont l’occasion pour les acteurs politiques et les structures impliquées dans l’organisation des élections de passer en revue les modifications introduites dans la loi électorale en relation avec la biométrie.

Les échanges interpartis et d’expériences organisés par la fondation CMDID ont permis d’enrichir la classe politique sur la question du choix de fichier électoral. Comme toute situation nouvelle, l’introduction de la biométrie suscite des interrogations : En quoi cela consiste ? Quel est le contenu de la biométrie ? Quels sont les changements majeurs introduits dans la loi électorale à cet effet ? Au delà quel est l’objectif de la biométrie ? Comment faire pour que les élections sur la biométrie puissent être une réussite ? Quelle mesure d’accompagnement et quels rôles pour les partis politiques dans ce sens ?

Conformément à sa mission de favoriser les échanges pour l’approfondissement du processus démocratique, la fondation CMDID (Centre Malien pour le Dialogue Interpartis et la Démocratie) et EISA(Electoral Institute for Sustainable democracy in Africa) ont décidé de soutenir dans une relation partenariale les réflexions autour de ces différentes questions dans son plan d’action 2013 dans la perspective utile de contribuer à l’organisation d’élections crédibles et apaisées au Mali.

Dans ce sens, les deux organisations planifient une série d’ateliers de dialogue multi acteurs (partis politiques et Organes de Gestion des Elections) au niveau national et dans les régions, afin d’appuyer les réflexions des acteurs politiques et institutionnels sur les préparatifs des prochaines élections.
En rapport avec ces questions, la fondation CMDID a organisé une visite d’études au Burkina Faso avec différents acteurs politiques et institutionnels pour s’enquérir de l’expérience de ce pays sur l’organisation d’élections couplées à partir d’un fichier biométrique. Cette expérience sera partagée avec l’ensemble de la classe politique lors de ces différents ateliers.

Pour le Directeur exécutif du CMDID, Moumouni Soumano, il s’agit de contribuer au renforcement du cadre d’échange entre les partis politiques et les Organes de Gestion des Elections (MATDAT, DGE, CENI) et à l’édification d’un environnement favorable à l’organisation d’élections transparentes, paisibles et crédibles.

Les objectifs spécifiques de ces rencontres sont : susciter le débat sur l’introduction de la biométrie, améliorer la connaissance des acteurs sur le système biométrique, approfondir les échanges sur les rôles et la place des acteurs politiques dans la mise en œuvre de la biométrie, diagnostiquer les difficultés en rapport avec l’utilisation de la biométrie, échanger sur l’expérience d’organisation des élections à partir d’un fichier biométrique, faire des propositions pour l’édification d’un environnement favorable pour les prochaines élections, informer l’opinion nationale sur les questions et propositions relativement à la biométrie.

Bruno D SEGBEDJI

L’Indépendant du 24 juin 2013.