Partager

Mardi 11 avril 2006 il y avait foule à la Radio Jamana qui abrite le Clic (Centre local d’information et de communication) de Djenné. Ont fait le déplacement jusqu’à Djenné les délégations de l’USAID et d’Afriklinks, conduites respectivement par Denis Bilodau, chef communication pour le développement de l’USAID et Mme Fofana Aminata Maïga, présidente de Africalinks.
L’objectif de clic e-festival est d’ouvrir les Clic au plus grand public, inviter les leaders d’opinions, les religieux, les partis politiques, les cadres administratifs, les élus locaux, le monde scolaire, les partenaires locaux au développement, les associations des jeunes et de femmes, la presse locale, etc à découvrir toute la gamme d’information disponible.

Après le mot de bienvenue du maire et l’intervention de l’imam adjoint, trois discours ont marqué l’ouverture du festival. La présidente d’Afriklinks a indiqué que le clic-pinal de Djenné est sur la bonne voix mais qu’il reste beaucoup à faire. En effet, 75 % des recettes du clic de Djenné provient des touristes pendant la saison touristique alors que Djenné ne participe qu’à hauteur de 25 %. Elle a invité la population et les 12 com
munes du cercle à fréquenter le « Clic, bien de la communauté tout entière ».

Pour le chef de la communication pour le développement de l’USAID, le choix de Djenné et de la Radio Jamana pour abriter le clic n’est pas fortuit, ces deux entités constituant des partenaires sûrs et fiables de l’USAID et du gouvernement américain. « En ce qui concerne le coût élevé de la connectivité, nous sommes en négociation très avancée avec Ikatel pour fournir la connexion Internet à un coût supportable », a-t-il poursuivi.
L’adjoint au préfet a réaffirmé que le Clic est une opportunité inouïe pour les populations de Djenné et environs car au-delà de l’Internet et autres, le Clic a des contenus locaux très utiles pour l’information, la sensibilisation et l’éducation des populations. Il insistera sur la fréquentation. A ce sujet, il a conseillé au comité consultatif plus d’agressivité en direction des populations qui ignorent toutes les opportunités que le clic peut les offrir.

Un autre moment qui a attiré l’attention du public, ce sont les témoignages de certains usagers comme Ibrahim Kassé, président du GIE Narhawa, Boubacar Kontao, secrétaire général de la Commune rurale de Senossa, Mme Traoré Kadida Djénépo, présidente de AADI, une ONG locale. Mais la déclaration qui a retenu l’attention du public a été celle de Bamoye Coulibaly dit Weah.

N’ayant jamais été à l’école, il arrive à naviguer correctement, sur le Net, à correspondre, à tchacher et à faire des jeux sur un ordinateur grâce à la formation qu’il a reçue au Clic. Un Clic est plus qu’un cyber car il fournit aux populations les contenus locaux sur la santé, l’éducation, la santé, l’agriculture, etc.

Des démonstrations sur le Net, des projections de contenus locaux, des concours, etc. ont émaillé le festival qui a bénéficié des soutiens de la Coopérative culturelle multimédia Jamana, Djenné Patrimoine, Hamadoun Kola Cissé (Daf du ministère de la Fonction publique), Mamadou Gano (Tranimex), Me Baber Gano, du Campement hôtel, l’Auberge le Maafir, la mairie de Djenné, le GIE Narhama, Babri Galidou (directeur du Cap de Djenné).

Lévy Dougnon
– (Radio Jamana Djenné)

14 avril 2006