Partager

L’organisation des festivités du 22 septembre 2010 à travers la création d’une commission spéciale à cet effet témoigne de l’ambition que les autorités maliennes, en premier lieu le président de la République ont de mieux exposer l’image d’un Mali qui gagne à la face du monde entier.

L’EXPRESSION D’UNE VOLONTÉ POLITIQUE

La volonté politique de célébrer avec éclat cet anniversaire est non seulement la preuve que des progrès remarquables ont été faits, mais aussi que les autorités actuelles du pays sont déterminées à poursuivre les efforts jusqu’au bout, afin de témoigner de leur engagement en faveur de l’amélioration des conditions de vie et de travail des populations, toutes sensibilités confondues.

Certes, il y a des problèmes depuis plusieurs mois avec la hausse des prix des denrées alimentaires, consécutive, elle aussi à la détérioration des termes de l’échange au plan international, notamment à l’OMC, concernant les prix du coton.

Cela s’est accompagné par une hausse vertigineuse du prix des hydrocarbures. Comme si cela ne suffisait pas, il y a, à travers le monde une crise financière qui sécoue les grandes puissances économiques.

Malgré un environnement aussi hostile aux progrès socio-économiques, le Mali connait des avancées significatives sur plusieurs plans qui font qu’il est envié par plusieurs autres pays africains dont les hauts responsables viennent assez souvent pour s’enquérir de nos expériences dans les domaines les plus divers.

D’IMPORTANTS EFFORTS DÉPLOYÉS CES DERNIÈRES ANNÉES

Ce qui signifie que les efforts soutenus de ces dernières années suscitent aujourd’hui beaucoup d’espoirs, même si les conditions de vie des populations demeurent encore en deçà des attentes d’elles mêmes et des autorités qui ont pourtant consenti des efforts colossaux ces dernières années en vue de contribuer à atténuer les souffrances.

Dans ce sens, des exonérations ont été accordées à des opérateurs économiques pour que les denrées alimentaires reviennent moins chères pour le consommateur éprouvé ces dernières années. L’initiative riz participe de cette dynamique, malgré tout ce que l’on dit tout autour.

Il ne fait aucun doute que le salut du Mali vient non pas des exonérations que l’Etat continuera à accorder à des opérateurs économiques pour l’importation du riz, du sucre ou du lait, mais des efforts devant aboutir à la création de développement durable à travers l’autosiffisance alimentaire.

Les exonérations doivent être des pratiques ponctuelles, dans des situations conjoncturelles. Le Mali a les moyens d’assurer l’autosuffisance alimentaire: la loi d’orientation agricole a été élaborée et adoptée à cet effet.

L’initiative riz qui relève de la promptitude du Premier ministre Modibo Sidibé face au renchérissement des prix des denrées alimentaires est une aubaine, contrairement à ce que certains tentent de faire croire.

L’ACCOMPAGNEMENT NÉCESSAIRE A CERTAINS NIVEAUX

Les plus hautes autorités du pays ont intérêt à tout mettre en oeuvre pour qu’elle se poursuive, même si tous sont convaincus qu’il faudra y apporter des modifications dans la gestion de ce projet important pour le pays et l’ensemble de populations.

La valorisation de l’agriculture permettra de donner plus de chance aux producteurs de tirer le maximum de profits de leur travail. On s’attend également à une baisse substantielle des prix des céréales, notamment le riz.

Ce défi reste à relever au plus vite et les uns et les autres fondent l’espoir que l’hivernage prochain soit aussi bon que celui passé et qu’avec les corrections qui seront apportées à l’initiative riz, les résultats seront davantage probants conformément aux prévisions.

Avec la nomination de Abou Sow, précédemment Gouverneur de la région de Ségou comme secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre chargé du développement intégré de la zone Office du Niger, l’espoir est permis que les attentes seront comblées avec l’engagement politique, la perséverance et surtout l’accompagnement financier de l’Etat dans une cause qui vaut la peine d’être soutenue.

Les réalisations économiques sont importantes avec une attention particulière aux investissements. A preuve, dans le nouveau gouvernemnt, on a inséré les investissements à travers le département de l’Industrie, des Investissements et du Commerce.

Après la relance de Huicoma, il est attendu celle de l’usine de phophate du Tilemsi à Bourem, celle de la cimenterie de Diamou, la construction d’une autre sucrerie. Ainsi, les invstissements pour la diversification de la production sont encouragés et soutenus par le gouvernement.

LA POURSUITE DES GRANDS TRAVAUX

De 2002, année de l’arrivée d’ATT au pouvoir à ce jour, la face du Mali a également beaucoup changé, en témoignent les réalisations importantes faites et en cours d’exécution. Construction d’un hotel haut standing d’ici 2010, du nouveau pont qui sera le troisième et le plus important, permettant de décongestionner la circulation routière dans le District de Bamako.

Autres merveilles en gestation, ce sont : le nouveau centre commercial dont la première pierre a été posée et l’hôpital du Mali qui sera bâti à Yirimadio. Par rapport à la mise en oeuvre des grands travaux, les efforts soutenus des autorités doivent aboutir à des résultats permettant de renforcer l’image du District de Bamako.

Mais ces grands travaux ne se résument pas à ces seules réalisations, quand on sait que des réalisations ont été faites ailleurs avec : la construction des nouveaux locaux du secrétariat général de la Présidence de la République, des structures de contrôle des services publics, du Gouvernorat, à la primature, la construction des maisons de la femme et de l’enfant, des stades à Koutiala, San et Bougouni.

Les travaux en cours aux Aéroports du Mali et la construction de la route Niono-Goma Coura dans le cadre du financement du Millénium Challenge Account sont également d’une grande importance pour le développement du Mali et témoignent, si besoin en était, de la crédibilité des autorités maliennes en ce qui concerne la gestion des ressources publiques. Que dire encore des immenses espaces aménagés dans le cadre du développement de l’agriculture?

Les routes entre les régions pour le désenclavement intérieur et extérieur et les ponts entre autres. Le cinquantenaire de l’indépendance du Mali, au regard de toutes es réalisations faites et en cours, promet d’être une grande fête pour le Mali et les maliens. Vivement donc la poursuite des efforts pour que tout soit fin prêt d’ici le jour « J ».

LE CARACTÈRE EXCEPTIONNEL DU RENDEZ-VOUS

Le rendez-vous est exceptionnel au regard des réalisations importantes faites ces dernières années au Mali et de la volonté politique de poursuivre ces efforts pour un meilleur rayonnement du pays, en metant tout en oeuvre pour placer l’homme au début et à la fin de tous les processus.

C’est en 2010 que tout cela sera célébré avec faste, afin de témoigner du respect de l’essentiel des engagements pris, en dépit des réalités d’un environnement particulièrement difficile non pas seulement pour le Mali, mais partout à travers le monde.

Moussa SOW

17 avril 2009