Partager

Au cours d’une conférence de presse qu’il a animée hier jeudi 17 octobre, à l’Hôtel Radisson, le chef de la mission d’observation de l’UE, Louis Michel a présenté le rapport final de l’organisation relatif à l’élection présidentielle du 28 juillet et 11 août 2013 et lancé la mission pour l’observation des législatives du 24 novembre prochain. Pour Louis Michel, les législatives à venir sont très sensibles et ne doivent pas être reportées.

Répondant à des questions relatives aux voix discordantes appelant au report des dates des législatives, Louis Michel s’est montré opposé à une telle sollicitation. Le président de la République dispose, a-t-il indiqué, d’une forte légitimité qui lui permet de se montrer ferme et ne pas céder aux souhaits des rebelles.

Pour lui, le retour à l’ordre constitutionnel ne sera total qu’avec la tenue des élections législatives dans un cadre électoral plus amélioré augmentant du coup la fiabilité des résultats. Ce qui va donner au Mali une Assemblée nationale comportant toutes les sensibilités sociopolitiques du pays.

Dans ce sens, par rapport à l’administration électorale, le conférencier a expliqué qu’au titre des recommandations fortes, il est impérieux de «compléter et clarifier le cadre réglementaire établi par le ministère de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de l’aménagement du territoire en cohérence avec les dispositions de la loi électorale».

Il est souhaitable, a souligné Louis Michel, que le fichier biométrique 2013 soit rendu plus inclusif par l’intégration de tous les Maliens dotés d’un récépissé d’enregistrement; par la production et la délivrance de la carte NINA aux électeurs avec lieu de résidence inconnu; mais aussi par une nouvelle révision des listes électorales par les commissions administratives d’établissement des listes électorales (CAELE), avec une attention particulière portée aux déplacés et aux réfugiés.

L’UE propose aussi que le recensement général des votes bénéficie d’une «clarification des procédures, en apportant toutes les précisions nécessaires pour le rendre transparent». A ce titre, Louis Michel dira qu’il fauit que le modus operandi du traitement des procès-verbaux soit établi au préalable et soit rendu public erga omnes».

En outre, la mission a souhaité que l’administration électorale puisse pérenniser la transparence et la traçabilité des résultats désagrégés par bureau de vote, ainsi que leur mise à disposition immédiate aux citoyens sur Internet pour pouvoir vérifier la bonne prise en compte des résultats de leurs bureaux de vote dans les résultats définitifs.

Pour le conférencier, ces élections législatives présentent un niveau de sensibilité à la limite plus grande que la présidentielle; parce qu’il y a plus de candidats et la mission de l’UE fera un travail de suivi plus important.

Bruno D SEGBEDJI

18 Octobre 2013