Partager

Après avoir purgé sa peine dans l’affaire « La maîtresse du président », l’enseignant Bassirou Minta était présent à la conférence de presse d’hier. Après avoir précisé que la « démocratie ne se décrète pas, mais se construit » , Tibou Telly a déploré l’arrestation d’éducateurs qui « porte un coup fatal à la qualité de l’enseignement ».

Il a réitéré le soutien de son syndicat à M. Minta dont le blanchiment dans cette affaire, ajoutera-t-il, est un objectif à atteindre.

Il s’est surtout indigné de l’interdiction d’enseigner qui frappe M. Minta, contrairement à la recommandation Unesco/OIT de 1970 relu en 1997 auquel notre pays a adhéré.

Sur un tout autre plan, le Snec s’est félicité de la réélection de Mme Doumbia Mama Koité au poste de présidente régionale du Réseau de développement et de communication des femmes africaines (Femnet).

O. O.

03 octobre 2007.