Partager

Le candidat du Rassemblement pour le Mali (RPM) a décidé de consacrer la dernière ligne de sa campagne aux 5ème et 4ème régions de notre pays. C’est ainsi qu’il s’est rendu le dimanche 21 juillet à Mopti, pour rallier ensuite les cercles de Bandiagara, Bankass et Koro, avant de gagner, le lundi 22 juillet, Djenné et San.

Dimanche 21 juillet. Il est 15 heures et 15 minutes, l’avion d’El Hadj Ibrahim Boubacar Kéita atterrit à l’aéroport Ambodedjo de Mopti. Il est accompagné du ministre des Affaires Etrangères, Tièman Hubert Coulibaly, du Président du Regroupement IBK Mali 2012, Amadou Soulalé et des membres de son staff de campagne.
La délégation est accueillie par les responsables de la Section RPM de Mopti, avec en tête son Coordinateur régional, Me Baber Gano. Après une courte séance en tête à tête dans le salon d’honneur, place à l’accueil populaire devant les barrages érigés par l’armée aux portes de l’aéroport. IBK est triomphalement accueilli par les populations de Mopti, massivement mobilisées pour lui dire, «I bissimala Mandé Massa». Certains nous ont que même ATT n’avait jamais bénéficié d’un pareil honneur dans son Soudou Baba.

De l’aéroport en passant par le carrefour de Sévaré, jusqu’au poste de sortie sur la route de Bandiagara, le cortège populaire était à son comble, avec des slogans comme «IBK Takekelen» et «IBK Ibekaye». Après cette démonstration des populations de Mopti, signe d’un soutien à l’élection présidentielle du 28 juillet, IBK et ses alliés ont entamé la conquête du pays dogon.
La première étape de ce périple a été Bandiagara. Tout au long de son passage, IBK a bénéficié du soutien des populations des villages sur la route. Partout où il est passé, les populations sont sorties massivement. Finalement, c’est aux environs de 17 heures que le Mandé Massa et sa délégation arrivent à Bandiagara. Là également, IBK a bénéficié d’un accueil présidentiel, dans la liesse populaire, à Doucombo, jusqu’à l’entrée de la ville où l’attendaient les Donzos venus lui manifester leur soutien à coups de fusil.

Jeunes et vieux, motocyclistes et piétons, tout le monde voulait voir le Kankelen Tigui, avec des slogans comme «IBK Takokelen», «IBK, nous sommes derrière toi jusqu’au bout», en exhibant des cartes NINA et «IBK, nous sommes fatigués», comme pour dire que IBK est la solution pour le Mali. Au cours du grand meeting, le maire RPM de Kengué, Hamidou Yalcoué, et le Secrétaire général de la Section RPM de Bandiagara, Yacama Tembely, ont promis 100% des voix à IBK dans le cercle de Bandiagara.
Manifestement, El Hadj Ibrahim Boubacar n’est pas resté indifférent à cet accueil triomphal. C’est pourquoi il rendu grâce à Dieu et remercié les populations de la ville de Bandiagara. Concernant la présidentielle du 28 juillet, il a expliqué que l’élection de cette année n’était pas une question de parti politique, mais plutôt l’occasion d’élire un bon Président pour diriger une nation en en déconfiture.

«Nous savons tous l’abîme dans lequel notre pays est tombé. Plus jamais notre pays ne connaîtra une telle situation. Quand vous envoyez vos soldats en guerre sans leur donner les moyens de se défendre, vous les envoyez à la boucherie. Je prends l’engagement de mettre notre armée dans toutes les conditions et d’assurer la quiétude de tous les Maliens. Si vous m’accordez votre confiance le 28 juillet, je mènerai une lutte sans merci contre la corruption. Ce sera la tolérance zéro. Tous ce qui mangeront l’argent public le vomiront».
Selon lui, cela sera valable même pour ses alliés et les membres de son parti. A leur intention, IBK a été sans équivoque: «on ne s’associe pas pour manger, mais pour travailler, rassembler les Maliens et reconstruire notre pays». Avant de préciser qu’il n’était pas fou du pouvoir mais fou du Mali. «Je pense Mali chaque seconde de ma vie. Tous ce qui toucheront au Mali me trouveront sur leur chemin», a-t-il martelé. Après ce meeting, IBK, comme à son habitude, a effectué des visites de courtoisie et de salutations chez les autorités coutumières er religieuses, avant de prendre la route de Bankass.

A Bankass, c’est sous la pluie qu’IBK et sa délégation ont été accueillis, aux environs de 20 heures, par ses supporteurs massivement mobilisés depuis le matin. Face à ce beau monde, le Kankelen Tigui n’a eu d’autres mots que de demander pardon aux populations qui l’attendaient depuis des heures. Après Bankass, la délégation a poursuivi en mettant le cap sur Koro, où elle a été accueillie dans la liesse populaire vers 22 heures. Elle a trouvé les militants du RPM et de ses alliés mobilisés comme un seul homme pour accueillir le Tisserand en chef.

A Koro, IBK a rappelé, comme partout où il est passé, l’objectif de sa tournée: «je ne suis pas en tournée pour le RPM. Je suis en tournée pour le Mali. Je suis le candidat de tous les Maliens». Avant d’appeler les populations de Koro à la vigilance, pour ne pas se tromper de choix.
Après ce tour du pays dogon, la Venise malienne, à son tour, a organisé un meeting exceptionnel pour le Mandé Massa, au Stade Barema Bocoum. Au cours de cette rencontre, Me Baber Gano présenté IBK comme la solution pour le Mali. «Populations de Mopti, le Mali va mal, et même très mal. Les valeurs culturelles et sociétales ne sont plus que l’ombre d’elles-mêmes. La corruption et la mauvaise gouvernance ont miné notre pays. La solution est à portée de votre main. IBK vous donne la solution pour sortir le Mali de ce mal. Pour IBK, un Mali nouveau et fort est possible. Son ambition est de rassembler les Maliens pour converger vers un même objectif. IBK Président, c’est le Mali debout».

Après ce meeting, IBK s’est rendu à Djenné, où il a eu une rencontre avec les imams et les leaders religieux de la ville. Au cours de ces échanges, les hommes de Dieu de la Ville sainte ont formulé des bénédictions et prié Dieu pour qu’il lui accorde ce qu’il cherche. Dans cette ville islamique, le candidat est revenu sur les raisons de son déplacement à Kidal. Il a tenu à rassurer les Djennékas quant à sa volonté de défendre l’intégrité territoriale de notre pays et est resté ferme sur ses positions, celle de mater tous ceux qui prendront les armes contre notre pays et de mettre notre armée dans de bonnes conditions pour y faire face.

Malgré l’heure tardive à laquelle IBK et sa délégation sont arrivés à San, en 4ème région, les populations de Santoro et Karantera ne se sont pas découragées. Elles sont restées mobilisées pour adouber leur candidat. IBK a été accueilli par des messages forts comme: «nous avons assez souffert, maintenant, nous voulons IBK ou rien. On nous a longtemps menti, c’est le Takokelen». Il en fut de même à Koutiala, où dans le stade plein à craquer, la Capitale de l’or blanc a promis la victoire à IBK au soir du 28 juillet prochain. Au cours de ce meeting, le Coordinateur du Regroupement IBK Mali 2012, l’Honorable Idrissa Ouattara, a fait part à IBK des préoccupations du Miankala. Ce sont, entre autres, la remise sur pied d’HUCOMA, la construction de la route menant de Konséguela à Beleco et Fana et l’ouverture d’un hôpital à Koutiala.

Après le Miankala, IBK s’est Mahou, un gros village bwa situé à quelques 27 Km de Koury, où il a bénéficié des mêmes honneurs que le Père de notre indépendance, le Président Modibo Kéita. En effet, selon les populations de ce village, après Modibo Kéita, IBK est le seul responsable politique à s’être jamais déplacé dans cette localité, réputée par ses richesses traditionnelles. C’est pourquoi, pour la circonstance, les populations de Mahou avaient délaissé leurs champs pour réserver un accueil festif au descendant de Soundjata Kéita et sortir leurs masques. Dans les traditions de Mahou, cela constitue une grande marque d’estime. Face à cet honneur, le Mandé Massa n’a pu retenir ses larmes.

C’est à Bla que la journée de mardi 23 juillet a pris fin, également par une mobilisation monstre. Tout comme à Koutiala et à San, les populations ont décidé d’élire IBK dès le premier tour de la présidentielle du 28 juillet. Le périple d’IBK et de sa délégation a continué hier mercredi 24 juillet par un grand meeting à Ségou, Markala et Niono, avant Dioila, dans la région de Koulikoro.

Youssouf Diallo, Envoyé spécial

22 Septembre du 25 Juillet 2013