Partager

C’est le vendredi dernier que Soumaïla Cissé a entamé sa précampagne en Afrique centrale où sa délégation a rencontré les Maliens vivant à Pointe Noire, Brazzaville et Kinshasa. Dans toutes ces villes où résident de fortes colonies maliennes, promesse a été faite de soutenir le candidat de l’URD dans sa marche vers le palais de Koulouba. L’enfant de Niafunké étant considéré comme celui qui est capable de mobiliser notamment les 2000 milliards de F CFA d’aide promise au Mali dans le cadre de la reconstruction. Cette forte délégation comprend, entre autres, le vice-président de l’URD, Cheickna Hamallah Bathily, l’honorable Mahamadou Hawa Gassama et le pilote émérite Ousmane Mancinankè.

L’avion spécial transportant la délégation de Soumaïla Cissé a foulé le sol de la capitale économique du Congo, Pointe Noire, tôt le vendredi dernier, pour un périple qui va conduire le candidat de l’URD dans plusieurs Etats de l’Afrique centrale. Après avoir rencontré ses compatriotes vivant en Afrique de l’Ouest, c’est le tour de cette région d’Afrique où vivent de nombreux Maliens de recevoir la visite du candidat du parti de la poignée de main à la présidentielle du 28 juillet prochain. Même si l’enrôlement dans le fichier Ravec de cette communauté n’a pas été fait à hauteur de souhait dans certaines villes comme Kinshasa, par exemple, les voix de ces Maliens de la diaspora vont compter énormément dans la balance lors du scrutin à venir.

Raison pour laquelle, le mentor de l’URD a jugé nécessaire de faire le déplacement dans chacune des grandes villes d’Afrique où vivent nos compatriotes. Selon Soumaïla Cissé, il s’agit, pour lui, d’écouter ces Maliens de la diaspora et de prendre en charge leurs préoccupations.
En mettant d’abord le cap sur Pointe Noire où résident quelque 15 000 Maliens, Soumaïla Cissé comptait bien partager leurs préoccupations – qui se confondent d’ailleurs avec celles de notre Mali en crise – et enregistrer en retour les attentes de ceux-ci dans son programme. Que ce soit à Pointe Noire, à Brazzaville tout comme à Kinshasa, tous les intervenants ont dit et redit que » seul Soumaïla Cissé est capable de proposer des projets dans le cadre de la mobilisation des 2 000 milliards F CFA promis par la communauté internationale à notre pays, afin de le sortir du gouffre dans lequel il est tombé».

Selon, par exemple, le secrétaire général de la section URD de Pointe Noire, Ousmane Diagouraga, » il ne s’agit pas d’aider Soumaïla Cissé, mais plutôt notre pays et cela au moment où il commence à sortir petit à petit la tête de l’eau « Avec l’engagement de ces Maliens de la diaspora aux côtés de l’enfant de Niafunké, il est quasi sûr qu’il atteindra son objectif de ratisser large au sein de cette communauté. Cela dans la mesure où les propos relatifs au changement ont partout résonné comme un leitmotiv.

Et Soumaïla Cissé est, aux dires des uns et des autres, « l’homme qui peut amener le vrai changement en matière de gestion de l’Etat et de l’économie ». Ce qui passe, nécessairement, par l’amélioration de la gouvernance et du cadre des affaires dans notre pays. Pour d’autres, il est aussi le mieux outillé pour gérer l’après-accord de paix de Ouagadougou entre le Gouvernement du Mali et les ex-mouvements rebelles. Malgré le fait qu’ils n’ont pas été enrôlés lors du Ravec, les Maliens de Kinshasa ont promis qu’ils feront passer le message auprès de leurs parents et proches au Mali afin qu’ils soutiennent Soumaïla Cissé.

Dans la grande salle de l’Hôtel de Ville de Brazza, c’est le même son de cloche qui a retenti, le samedi dernier dans l’après-midi, dans une salle pleine à craquer. A la différence ici, que les Maliens de Brazza pourront eux-mêmes voter, car ayant été enrôlés, et pourront également inviter leurs proches au pays à soutenir le candidat de l’URD, présenté comme le choix de la diaspora.
Dans son message en langue bamanan, le candidat de l’URD a exposé quelques grandes lignes de son programme, de sa profession de foi et de ses engagements. Partout, il a invité ses compatriotes au pardon et à la réconciliation. La délégation de Soumaïla Cissé est attendue à Malabo en Guinée Équatoriale et au Gabon.

Mamadou FOFANA

Envoyé spécial, depuis Brazzaville.


Conférence régionale de l’URD dans le district de Bamako : Sonner la mobilisation pour une campagne de proximité

Les responsables de l’Union pour la République et la démocratie (URD) étaient en conférence dans le district de Bamako le samedi 22 juin au CICB. A l’ouverture de la rencontre, qui a rassemblé les délégués des six sections du parti de la poignée de mains dans le district de Bamako, le président du parti, l’honorable Younoussi Touré, a appelé à une mobilisation générale pour une campagne de proximité afin de conduire le candidat, Soumaïla Cissé au pouvoir.

Après l’exécution de l’hymne du parti, c’est le président Younoussi Touré qui a pris la parole pour planter le décor et sonner la mobilisation générale de la troupe. » Nous sommes aujourd’hui heureux de voir que notre pays est train de voir pratiquement le bout du tunnel dans le cadre de la crise qu’il traverse depuis plusieurs mois. Il nous reste à tourner résolument vers la tenue de l’élection présidentielle du 28 juillet prochain « , a-t- il déclaré. Il n’a pas manqué de se féliciter de la signature de l’accord préliminaire de Ouagadougou, qui va permettre la sécurisation du territoire et la tenue du scrutin présidentiel sur toute l’étendue du territoire national, y compris à Kidal.

A en croire l’honorable Younoussi Touré, l’Urd est aujourd’hui le parti politique le plus important au Mali. « L’URD et son candidat portent aujourd’hui l’espoir de notre peuple « , a-t-il souligné. C’est ce qui explique, a-t-il poursuivi, l’élan de sympathie et de soutien qu’enregistre la candidature du porte-étendard, Soumaïla Cissé.

Pour ne pas décevoir ce soutien populaire, a indiqué Younoussi Touré, les cadres et militants de l’URD dans le district de Bamako et partout ailleurs doivent se lever comme un seul homme pour lancer » avec détermination, patience et courage, une campagne de proximité » pour expliquer aux uns et aux autres les ambitions du parti de la poignée de mains aux uns et aux autres.

« Il nous faut beaucoup de courage et de la foi dans ce que nous faisons sans relâche. Et si nous continuons dans cette bataille malgré les adversités, nous avons toutes les chances de triompher au soir du 28 juillet prochain « . Et Younoussi Touré d’exprimer son optimisme en appelant toutes les structures du parti à » travailler pour la victoire, travailler pour des élections propres et apaisées « .
La rencontre s’est poursuivie avec le secrétaire général Lassana Koné, qui avait à ses côtés, la vice-présidente, Mme Coulibaly Kadiatou Samaké et d’autres cadres du parti, El Hadj Amadou Coulibaly, Founé Dembélé, Soungalo Traoré. Ils ont tous mis l’accent sur le travail de terrain marqué par le porte-à-porte, les explications et sensibilisations de proximité pour rallier tous les indécis à la cause de l’URD en cette veille de l’élection présidentielle du 28 juillet.

Bruno D SEGBEDJI

L’Indépendant du 24 juin 2013.