Partager

L’ambassadeur de France au Mali, S. E. Gilles Huberson a célébré en sa résidence le dimanche après-midi, les festivités du 14 juillet. L’événement a été placé sous le signe du souvenir, du renouveau et de la fraternité.

Au moment où le président de la République Dioncounda Traoré à la tête d’une importante délégation nationale commémorait à Paris, aux côtés de son homologue François Hollande, le 14 juillet, la résidence de l’ambassadeur de France à Bamako accueillait les mêmes festivités.

Devant un parterre d’invités dont plusieurs ministres, l’ambassadeur de France, S. E. Gilles Huberson a dressé l’historique des relations franco-maliennes. D’abord, il a affirmé qu’ils veulent cette fête inoubliable eu égard à la nouvelle page des relations que tissent désormais les deux pays. Il a rendu un hommage aux militaires de l’opération Serval pour le travail accompli dans la libération des 2/3 du territoire national des mains des terroristes.

« Une chose est certaine : ils ont perdu la vie dans un combat juste, un combat pour la liberté, un combat pour la tolérance, un combat pour la démocratie. Comme tous mes compatriotes, le 11 janvier, j’ai été fier d’être Français. La France a montré qu’elle était prête à engager son armée, loin de son territoire, pour aider un pays ami et pour repousser un ennemi barbare. La France a montré qu’elle était prête à risque la vie de ses soldats pour sauver l’existence du Mali et pour permettre à ce pays frère de recouvrer son intégrité territoriale (…)« , a-t-il dit.

Le diplomate français s’est souvenu de nos anciens qui ont combattu aux côtés des Français pour libérer la France.

« Quand, en janvier dernier, une armée de terroristes a lancé l’offensive en direction de Bamako, le président Hollande a répondu à l’appel du président Traoré, la France a répondu à l’appel du Mali. Mais en le faisant, nous nous sommes aussi souvenus des soldats maliens qui ont payé le prix du sang pour libérer la France. En libérant Tombouctou, nous nous sommes souvenus de la libération de Strasbourg.

En combattant dans les Adrars, nous nous sommes souvenus des durs combats de Montecassino. La France s’est rappelée de ces Maliens qui, du chemin des Dames à la bataille de la Somme, de Bir Hakeim à la prise de Toulon, se sont brillamment illustrés. 80 000 Maliens ont combattu durant les deux guerres mondiales. 17 000 y ont perdu la vie (…)« , a-t-il indiqué devant des invités émus.

S. E. Huberson a placé la fête du 14 juillet 2013 sous le triptyque : souvenir, renouveau et fraternité. Cette fraternité qui se voit avec la présence des militaires français, ceux de la Misma (devenu Munisma) et l’EUTM aux côtés de leurs frères maliens.

Après avoir gagné, la guerre, l’ambassadeur a invité les Maliens à gagner la paix. Il a souhaité que le dialogue inclusif qui s’ouvrira après l’élection présidentielle aboutisse « à des réformes constructives pour une amélioration de la gouvernance, pour un développement juste et durable« .

Pour la présidentielle à venir, il en a appelé au sens de la responsabilité de chacun : « ce pays est à reconstruire, et vous avez un rôle crucial à jouer. Les problèmes ne sont pas qu’au nord. Il y a, sur tout le territoire, une jeunesse malienne qui ne demande qu’à prendre son avenir en main. J’espère que cette jeunesse sera écoutée et saura écouter. J’espère que le développement économique permettra à toutes les Maliennes et à tous les Maliens de déployer leurs talents et de vivre à la hauteur de leurs aspirations« , a-t-il conseillé.

Abdrahamane Dicko

16 Juillet 2013