Partager

Lutte contre le grand banditisme dans le district de Bamako : – Le 13ème Arrondissement démantèle la bande à Soubagassi et Nakata – Elle était en possession d’un arsenal de guerre dont une Beretta de la police

Considérés comme des pionniers dans le noble combat contre les bandits de tout acabit, les éléments du Commissaire principal Ntogou Niaré en charge du 13ème Arrondissement, viennent de réaliser l’exploit de l’année en mettant hors d’état de nuire une redoutable bande dont les cerveaux sont Sékou Ouattara alias Nakata (chef du gang) et Bengaly Sissoko dit Soubagassi tristement célèbre dans la pègre bamakoise. Les engins à deux roues sont la cible privilégiée de ce gang dont les éléments n’hésitent pas à ouvrir le feu et sur les policiers et sur les pauvres citoyens qui avaient la malchance de les croiser. La bande sévissait avec armes devant des établissements hôteliers et certaines artères de la capitale. Son démantèlement est le résultat d’une vaste opération lancée par les forces de sécurité le 17 février dernier. Laquelle a conduit à l’arrestation dune quarantaine de bandits de grand chemin et à la découverte d’un important arsenal d’armes de guerre. Le tout grâce à la bonne coopération de la population. Depuis le mardi 28 février 2012, les membres du gang croupissent en prison.

C’est grâce aux informations fournies par des citoyens que le 13ème Arrondissement a pu remonter la piste de ces bandits qui, comme dans un no man’s land, agissaient à visage découvert. Ils opéraient devant des établissements hôteliers et dans des coins les plus reculés de la ville.

Les informations ont orienté les limiers à Bagadadji comme étant un des repaires du gang. C’est ainsi que l’inspecteur Seydou Sanogo dit Papery et ses éléments : les inspecteurs Moïse Baya et Boubacar Sissoko, l’adjudant Modibo Traoré dit Van, le sergent-chef Sékou Coulibaly dit Bolé ont effectué une descente sur les lieux.

Sur place, comme du pain béni, ils tombent sur des éléments de la gendarmerie et de la garde nationale avec lesquels ils coordonnèrent les actions. Qui aboutiront à l’arrestation de Sékou Coulibaly, un membre très influent du gang. Une belle prise qui permettra aux éléments du 13ème Arrondissement de remonter la filière. La même nuit à Niaréla, le chef du gang, Sékou Ouattara alias Nakata ou président fut aussi mis hors d’état de nuire. Puis suivra l’arrestation de Mohamed Sissoko dit fity au bar Fazenda de Quinzambougou.

Il a été retrouvé sur lui un pistolet automatique Beretta dont la police nationale est dotée, contenant 15 balles et 50 autres de réserve. Les jours qui ont suivi, Madani Fadiga a été arrêté par le 6ème Arrondissement lors d’une patrouille au cours de laquelle il a dégainé contre des policiers sans faire, heureusement, de victime. Il a été entretemps mis à la disposition du 13ème Arrondissement pour les besoins de l’enquête. Par ailleurs, si l’arrestation des bandits cités précédemment n’a pas causé assez de problèmes aux limiers, ce fut tout autre pour Bengaly Sissoko dit Soubagassi réputé avoir la gâchette facile.

L’inspecteur Sanogo dit Papery et l’adjudant Modibo Traoré dit Van l’ont aperçu à la descente du troisième pont dans une voiture en compagnie de deux filles de joie. Ils ont aussitôt rebroussé chemin et l’ont pourchassé jusqu’à l’entrée de Missabougou.

Les policiers se sont mis en travers de son chemin en essayant de bloquer sa voiture. En vain. Car, Soubagassi réussit à se soustraire de leur emprise. Pire, il endommagea sérieusement la voiture Mercedes de l’adjudant Modibo Traoré dit Van qui avait été mise à contribution pour la patrouille. Cependant, les éléments du 13ème Arrondissement qui n’avaient pas dit leur dernier mot, étaient déterminés à mettre la main sur Soubagassi. La même nuit, ils le filèrent jusqu’à l’hôtel « la forêt » à Sébénicoro où il s’était planté pour échapper à la police. Il se fera arrêté dans sa nouvelle planque.

Alassane Yattara dit Tiékissèchi se fera également arrêté à l’ex-Montana sur dénonciation de Soubagassi. Il avait en sa possession un pistolet automatique de fabrication tchèque contenant 5 balles. C’est d’un commun accord que toute la bande va dénoncer Bakary Traoré reconnu comme l’unique receleur. Le grappin lui a été mis dessus à Niaréla.

Cette grande offensive menée par les forces de sécurité le 17 février n’aura duré en tout et pour tout qu’une semaine. C’est dire donc qu’avec la volonté et l’entière collaboration de la population, les forces de sécurité parviennent toujours à marquer des points.

Aussi, est-il nécessaire de préciser que la capacité de nuisance de ces bandits était considérable. Ils occupaient tous les coins stratégiques de la capitale et sont parvenus à opérer dans divers endroits. Il s’agit de l’hôtel Anana à Faladié, l’hôtel football à Niamankoro, la Cité Unicef, la Colline parfumée à Hamdallaye ACI 2000, l’hôtel Batama à Bacodjicoroni ACI, l’hôtel Grand Shanghaï à Kalabancoura, le Cœur et le bar Bozo à Faladiè. Information de taille, ce gang a été constitué en prison, il y a de cela quelques années quand les uns et les autres s’étaient retrouvés pour divers délits.

C’est dire donc que les autorités policières et judiciaires sont avisées et savent désormais à quoi s’en tenir. C’est pourquoi, depuis le mardi 28 février, ils ont tous été mis sous mandat de dépôt et écroués dans le pavillon Mittar Jonhson de la maison d’arrêt centrale de Bamako où ils attendent leur procès. Le pavillon Mittar Johnson, pour ceux qui ne le savent pas, est une cellule de haute sécurité qui reçoit les criminels et autres bandits dangereux. Mittar Johnson était un Sierra Léonais.

Redouté pour ses crimes des plus crapuleux aux plus odieux, avait été écroué. Cependant, il parvint à s’évader mais comme frappé par une malédiction quelconque, il fut rattrapé à Kayes et reconduit à Bamako. Pour lui éviter toute chance de s’évader, une cellule de haute sécurité a été spécialement conçue pour « l’héberger ». Il ne supportera pas longtemps ses conditions de détention et trépassera peu après. C’est dans cette cellule ultrasécurisée que la bande à Soubagassi et Nakata est logée. C’est dire que l’exploit des policiers ne sera pas inutile et que les populations peuvent être tranquilles quant aux exactions de cette bande.

Diakaridia YOSSI

09 Mars 2012