Partager

Après la victoire (2-0) face au Ghana, le sélectionneur des Aigles, le français Alain Giresse, dont le contrat prend fin dans trois mois, s’est prononcé sur son avenir à la tête des Aigles.

Le sélectionneur du Mali Alain Giresse porté en triomphe par ses joueurs, après avoir décroché la 3e place de la CAN, le 11 février 2012 à Malabo.

«C’est difficile déjà de se projeter sur l’avenir. L’avenir commence par ma situation et on verra bien ce qui va se passer», a répondu Alain Giresse à propos de son avenir à la tête des Aigles.

Selon le français, il doit faire le bilan avec les joueurs pour savoir s’il doit continuer. «Une équipe, après une grande compétition, doit se régénérer avec des arrêts mais aussi des nouveaux», a-t-il expliqué parlant de la survie de l’équipe.

Après cette belle performance réalisée au Gabon et en Guinée Equatoriale, Alain Giresse ne trouve aucune objection pour poursuivre l’aventure avec le Mali, mais il tient à ce que des choses se précisent. «Aujourd’hui, il ne faut pas que la victoire cache certaines situations de fonctionnement. Je n’oublierai pas, parce qu’il ne faut pas que des choses passent sous prétexte qu’on a terminé troisième. Il faut être encore plus professionnel et plus performant», a-t-il déploré.

«Les à-côtés qui ont été désagréables pendant toute la durée de la compétition doivent disparaître. Même s’il n’est pas fait immédiatement, il faudrait que cela se fasse progressivement» a souhaité vivement, Alain Giresse. Aux dires de Giresse, l’équipe du Mali a besoin encore de beaucoup plus de rigueur et non pas, dans certains cas, d’être obligée de se bagarrer sur le financement de certaines parties de fonctionnement.

Mamadou DIALLO «Mass»

Depuis Malabo

Le Prétoire du 13 Février 2012