Partager

Un policier congolais, Paul Mwilambwe, condamné à mort pour sa participation à l’assassinat du militant des droits de l’homme Floribert Chebeya, a affirmé mercredi que ce meurtre avait été exécuté « sur ordre » du président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila. Cet ordre, selon ce major cité par Milambwe, était également que « toute personne qui accompagnerait Chebeya, que ce soit son fils, que ce soit son collègue, que ce soit son épouse doit subir le même sort que Chebeya ». Militant respecté et connu, Floribert Chebeya, secrétaire exécutif de l’ONG La Voix des sans-voix, s’était rendu le 1er juin 2010 avec son chauffeur à l’Inspection générale de la police à Kinshasa pour un rendez-vous avec le général Numbi, chef de la police. Le corps de Floribert Chebeya avait été retrouvé dans sa voiture le 2 juin 2010, les poignets portant des marques de menottes. Celui de son chauffeur n’a jamais été retrouvé. A la suite de l’enquête, 08 policiers ont été mis en cause, dont l’adjoint de Numbi, et 03 ont pris la fuite, parmi lesquels Paul Mwilambwe. Le 23 juin 2011, la cour militaire de Kinshasa a condamné à mort le principal suspect, le colonel Daniel Mukalay, numéro 2 des services spéciaux de la police. AFP.