Partager

Le dépôt de transit de Baco-Djicoroni, inauguré par Nankoma Kéita, alors ministre de l’Environnement et de l’Assainissement, a été morcelé et vendu par des maires de la Commune V. Conséquence : les populations ne savent quoi faire avec leurs ordures qui s’entassent jour après jour.

Mais, dans la nuit de mercredi à jeudi, des chefs de famille se sont révoltés et sont allés déverser les déchets dans la cour du centre d’état-civil secondaire. Depuis deux semaines, ces ordures ménagères obstruaient l’entrée des familles.

Selon un des responsables de GIE, Moussa Koné de Djeya, « il ne sait plus quoi faire car le maire leur a dit de chercher un autre dépôt de transit car celui-ci est une propriété privée » .

La population se demande comment un dépôt de transit inauguré il y a juste 5 ans par un ministre de la République peut être victime de la boulimie d’argent et de terre d’élus locaux. Où iront-ils mettre leurs ordures avant que la voirie ne les ramasse ?

Dans le quartier, on trouve révoltante cette situation. C’est après mûres réflexions et en représailles que les chefs de famille ont fait déposer leurs ordures dans la cour et à l’entrée du centre secondaire d’état-civil de Baco-Djicoroni. L’opération d’insalubrité de la mairie s’est déroulée dans la nuit de mercredi 10 septembre après la prière jusqu’à jeudi matin.

S. T.

16 Septembre 2008