Partager

Le ministre égyptien de la Défense a averti dimanche que l’armée interviendrait si des heurts éclataient dans le pays à l’occasion des rassemblements prévus dans les jours à venir par les opposants au président islamiste Mohamed Morsi, qu’il a ensuite rencontré dans la soirée pour se voir donner des directives en matière de sécurité. Le ministre a appelé les Égyptiens à mettre de côté leurs clivages soulignant qu’il est du devoir de l’armée d’empêcher le chaos. Vendredi, un membre des Frères musulmans, mouvement dont M. Morsi est issu, Mohammed al-Baltagui, a critiqué l’armée lors d’un rassemblement organisé par des partisans du président. « Ceux qui croient que nous ignorons les dangers qui attendent la nation égyptienne se trompent. Nous ne resterons pas silencieux face à la plongée du pays dans la violence », a-t-il déclaré. Samedi, M. Morsi a appelé au dialogue, alors qu’il y a des craintes que des heurts éclatent entre ses partisans et ses opposants, qui sont à couteaux tirés. L’Egypte est profondément divisée entre les partisans de M. Morsi, qui estiment qu’il épure les institutions après des décennies de corruption et ses détracteurs qui l’accusent de concentrer le pouvoir entre les mains des Frères musulmans. Depuis son élection, M. Morsi a du se frotter à l’animosité du pouvoir judiciaire, des médias de la police et plus récemment du monde de la culture. AFP.