Partager

L’armée nigériane a déclaré mercredi avoir tué au moins 16 militants de Boko Haram lors d’une opération contre un bastion du groupe islamiste dans la ville de Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria. « Ils étaient venus attaquer un secteur de la ville », a déclaré à l’AFP le colonel Victor Ebhaleme, sans donner davantage de détails. Des coups de feu et des explosions ont retenti pendant plusieurs heures mardi à Maiduguri dans les zones où les membres du groupe qui a revendiqué de nombreuses attaques et attentats au Nigeria étaient censés se cacher. Les accès aux rues ont été bouclées avant le début de l’opération, ont ajouté des habitants. Par ailleurs, toujours dans le nord, dans la ville de Kano, des hommes armés ont tué mardi un ancien adjoint du chef de la police nigériane, son chauffeur et un garde du corps, a indiqué la police. L’ancien adjoint de l’inspecteur général de la police, Abubakar Saleh Ningi, contraint au départ en janvier ainsi que le chef de la police et tous ses autres adjoints, a été tué par deux hommes en moto, a poursuivi la police, qui n’a pas dit qui elle soupçonnait. Les policiers avaient été renvoyés après des attaques coordonnées de Boko Haram à Kano en janvier qui avaient fait 185 morts. AFP