Partager

L’armée nigériane a annoncé lundi avoir repris cinq localités aux islamistes dans l’État de Borno (nord-est) et elle a décidé d’envoyer mille hommes en renfort, au sixième jour de l’offensive contre les insurgés de Boko Haram dans cette région. Toutes ces localités sont situées à proximité de la frontière camerounaise et étaient considérés comme des fiefs du groupe islamiste. Des milliers de Nigérians ont fui vers des villages du nord du Cameroun. L’armée a déclaré dimanche que « les terroristes délogés (étaient) en déroute ». Mais une source sécuritaire nous a confié sous couvert d’anonymat que « l’opération n’est pas aussi facile que prévu ». A Maiduguri, capitale de l’État de Borno et fief historique de Boko Haram, où un couvre-feu permanent est en vigueur dans 12 quartiers, les patrouilles militaires se sont intensifié, lundi, des soldats tiraient en l’air depuis leur véhicule pour libérer le chemin à leur passage, selon des habitants. Les activités commerciales ont presque totalement cessé dans cette ville de plus d’un million d’habitants, a constaté l’un de nos journalistes et les gens se sont plaint d’avoir de plus en plus de mal à gagner de quoi vivre. Le ministre des Finances Ngozi Okonjo-Iweala a quant à lui voulu rassurer la communauté internationale sur la santé économique du pays, en ce temps de grave crise sécuritaire intérieure.« En dépit des défis sécuritaires actuels », l’économie du pays reste forte « avec une croissance de 6.5% au premier trimestre », déclare-t-il lundi soir dans un communiqué. AFP.