Partager

Le Front patriotique rwandais (FPR), le parti du président Paul Kagame au pouvoir depuis près de vingt ans, était en passe mardi de remporter une victoire écrasante et sans surprise aux législatives de la veille. Selon des résultats de la Commission électorale portant sur les trois-quarts des inscrits, la coalition au pouvoir obtient 76% des bulletins déjà dépouillés. Selon ces résultats représentant environ 60% des districts, le Parti social-démocrate (PSD) et le Parti libéral, deux petites formations alliées du FPR, remportent respectivement 13% et 9,38% des voix. Un autre parti, le PS-Imberakuri, arrive en troisième position avec un faible score de 0,56%, suivi des quatre petits candidats indépendants, tous sous les 0,5%. Aucun pourcentage n’était disponible dans l’immédiat sur la participation. Mais elle devrait être dans la lignée de celle des législatives de 2008 (98%) et de la présidentielle de 2010 (97%), qui avait vu la réélection du président Kagame avec 93% des voix. Le PSD et le PL, tous deux présents au gouvernement, sont accusés par les observateurs de n’être que des formations satellites, servant de faire-valoir au FPR et à légitimer un multipartisme de façade. Le PS-Imberakuri, un temps parti d’opposition virulente, dont l’ex-président Bernard Ntaganda est emprisonné depuis 2010 pour atteinte à la sûreté de l’État et « divisionnisme », est lui soupçonné d’avoir été phagocyté par des partisans du FPR. Le président Kagame est largement crédité de la spectaculaire transformation du pays depuis 20 ans avec une incontestable réussite économique et la forte éradication de la corruption. AFP.