Partager

L’appel à la grève générale lancé en RD Congo à partir de lundi « et jusqu’à nouvel ordre » par l’opposant Etienne Tshisekedi, autoproclamé « président élu« , a été bien suivi dans ses fiefs de Mbuji-Mayi et Kananga (centre) mais pas dans la capitale Kinshasa. « Si nous faisons la grève, qu’allons-nous manger ? Le Congolais mange au jour le jour, faire une grève c’est nous tuer », nous a expliqué Marie, une vendeuse d’oignons dans un quartier de la capitale. Quant à Robert, un fonctionnaire, comme d’autres Kinois il n’avait pas entendu parler de l’appel à la grève. Il l’a appris en arrivant au travail, en voyant que « certains bureaux étaient restés fermés ». A Mbuji-Mayi l’opposant a obtenu plus de 97% des suffrages, et à Kananga près de 96%, selon les résultats officiels de la Céni. Il a toujours dénoncé de nombreuses irrégularités lors des scrutins présidentiel et législatif, qui se sont tenus le même jour. Des missions d’observations nationales et internationales de même que l’église catholique congolaise les ont également constatées. AFP.