Partager

L’Angola a rouvert jeudi une ligne ferroviaire vitale pour le développement de l’intérieur du pays, enclavé depuis la destruction des voies pendant une longue guerre civile achevée en 2002. A parti de jeudi, trois aller-retour par semaine relieront Malange à Luanda, en dix ou douze heures selon le nombre d’arrêts, pour l’équivalent de 15 à 20 dollars. Grâce à ces trains, « les petits paysans des trois régions traversées vont pouvoir transporter leur production jusquà Luanda, » se réjouit Domingos Jorge Sassassa, président de la chambre de commerce de Malange, une région très prospère pendant l’ère coloniale. Le redémarrage du secteur agricole devrait également contribuer à la diversification d’une économie nationale très dépendante du pétrole. L’Angola dispute au Nigeria la place de premier producteur de brut du continent. Cette manne pétrolière lui a permis de tisser des relations privilégiées avec la Chine, qui lui a accordé des milliards de dollars de crédit depuis 2002 en échange d’importations de brut. Quatre milliards de dollars ont été affectés à la réhabilitation de la ligne de Malange et des autres chemin de fer qui doivent rouvrir en 2011 et 2012. AFP.