Partager

Samedi dernier, dans la cour de l’Institut ophtalmologique africain (IOTA), la cérémonie de lancement officiel de la gratuité de la chirurgie de la cataracte, baptisée « Opération miracle » et fruit de la coopération Mali-Cuba, a eu lieu sous la présidence du chef de l’Etat, Amadou Toumani Touré.

Etaient également présents, le Premier ministre Ousmane Issoufi Maïga, membres du gouvernement, directeur cubain de la coopération internationale, Rolando Gomez Gonzalez et Abdoulaye Thierno Diallo directeur général de l’Iota.

L’ « Opération miracle » ou « Operacion milagro » en espagnol, marque un nouveau tournant dans les relations de coopération entre le Mali et Cuba.

En effet, durant son voyage à Cuba en septembre 2006, le président Touré avait visité un centre de traitement des maladies de la vue. Le chef de l’état avait alors appris que Cuba était très avancé en la matière et faisait bénéficier plusieurs pays d’Amérique Latine de son assistance. Ainsi ATT, au cours d’un entretien avec le chef de l’État cubain, Fidel Castro, a sollicité l’aide de Cuba dans la lutte contre la cataracte dans notre pays.

Promesse avait été alors faite par le Lider Maximo, d’aider notre pays dans ce sens et le lancement de « l’Opération miracle » est la concrétisation de cet engagement.

« Operacion milagro » selon Rolando Gomez Gonzalez, est un procédé rapide de thérapie de la cataracte. En effet, au bout de 30 minutes d’intervention chirurgicale, le patient peut déjà vaquer à ses occupations, d’où son caractère miraculeux.

Actuellement, dans 6 pays d’Amérique Latine, grâce à « Operacion milagro », plus de 500.000 personnes ont retrouvé la vue. Dans ces différents pays, les interventions ont lieu dans 29 blocs opératoires bien équipés et le Mali est le premier pays africain à recevoir un laboratoire destiné aux interventions de ce genre, a révélé Mr Gonzalez.
Le projet d’une durée de quatre années, sera renouvelable.

Durant la première année, 17.000 patients seront traités, contre 25.000 en 2008, 34.000 en 2009 et par finir 45.000 en 2010.

Pour atteindre ces objectifs, le plateau technique de l’IOTA sera renforcé par la réalisation d’un bloc opératoire et son équipement en matériel ultra moderne par la partie cubaine. Déjà, un premier lot d’équipements d’une valeur de plus 350 millions de Fcfa a été acheminé à Bamako.

Six ophtalmologues dont deux professeurs se joindront à leurs confrères maliens de l’IOTA. En outre, des dispositions seront prises pour renforcer les capacités des centres secondaires dans les régions. Il s’agit d’étendre les unités de soins ophtalmologiques, de redéployer et d’affecter des ressources humaines dans les centres.

Un programme de formation en dépistage de la cataracte sera mis en œuvre à l’intention des agents des districts sanitaires.

Le gouvernement et ses partenaires techniques et financiers intervenant dans le PNLC assureront la prise en charge des médicaments et consommables, ainsi que les frais relatifs à la stratégie avancée.

Les coûts prévisionnels de ces deux volets au titre de l’année 2007 sont respectivement de 212,5 millions de Fcfa et 20 millions de Fcfa.

Tout en saluant l’excellence de nos relations avec Cuba, qui remontent aux premières heures de l’indépendance, le président Touré n’a pas manqué de souhaiter un prompt rétablissement à Fidel Castro.

Pour Mme Maïga Mint Youba ministre de la Santé, cette initiative en faveur de notre pays est perçue par les autorités maliennes comme une délivrance.

Selon l’OMS, la cataracte est la principale cause de cécité et de malvoyance dans le monde. Elle représente, à elle seule, plus de la moitié des causes de cécité soit, plus de 20 millions d’aveugles et probablement trois fois plus de malvoyants. Dans notre sous région, elle serait responsable de 60 % des cas de cécité. Ailleurs sur le continent, la situation n’est guère meilleure et même dans d’autres parties du monde.

Pour combattre la cataracte, a expliqué la ministre de la santé, l’OMS recommande un ratio de 2.000 interventions chirurgicales par an sur 1 million d’habitants. Et au Mali, le taux de prévalence aux maladies de la vue est de 1,2 %, soit environ 156.000 aveugles dont la moitié souffre de la cataracte. En 2006, seulement près de 9.669 cas ont été opérés au Mali, ce qui correspond à des besoins couverts à seulement 50 %.

Il apparaît dès lors normal que la guerre contre la cataracte soit retenue parmi les priorités des priorités du pays, a déclaré Mme Maïga Zéïnab Mint Youba.

Annonce a été faite par la ministre de la santé, de la mise en œuvre opérationnelle du projet sur le terrain qui sera assurée par le PNLC, l’IOTA et les structures de santé organisées à cet effet dans les régions.

Pour Abdoulaye Thierno Diallo, directeur de l’Iota, « L’Opération milagro » va contribuer non seulement, à accélérer la réalisation des objectifs du Programme national de lutte contre la cécité (PNLC) dans la perspective du programme « Vision 2020 », mais aussi à renforcer les capacités d’accueil de l’IOTA. De même, la prise en charge chirurgicale de la cataracte sera améliorée, ainsi que son accessibilité géographique et financière, a-t-il ajouté.

Signalons au passage, qu’une brigade médicale cubaine, présente dans notre pays, a permis de sauver la vie de plus de 65.000 personnes en effectuant plus de 1,5 million de consultations et en assistant plus de 9.000 accouchements.

12 février 2007.