Partager

zou.jpgMardi, la cérémonie de lancement du Projet de renforcement des capacités de l’Union des journalistes de l’Afrique de l’Ouest (Ujao) a eu lieu au siège de la structure, en présence du chef de cabinet du ministère de la Communication et des Nouvelles technologies, Mohamed Souddha Yattara représentant le ministre Gaoussou Drabo, du secrétaire exécutif de la Fondation pour le renforcement de la capacité en Afrique (l’Acbf), l’ancien Premier ministre malien Soumana Sako.

Etaient également présents, l’ensemble des membres du comité de pilotage de l’Ujao venus du Bénin, du Sénégal, de Gambie, de Guinée Bissau, du Niger et de Mauritanie.

Dans son discours, le président de l’Ujao, le malien Ibrahim Famakan Coulibaly a émis de vifs remerciements à l’Acbf pour avoir mis à la disposition de l’Ujao, plus de 750 millions de Fcfa, destinés à assurer la formation des journalistes, ainsi qu’à aider financièrement les entreprises de presse de la sous région qui vivent dans la précarité.
Pour Mr Coulibaly, le soutien de l’Acbf va donner aux journalistes les moyens d’exercer leur métier dans la dignité.

Mr Coulibaly a cependant déploré le fait que certains journalistes sont confrontés aux difficultés de formation et peinent à se professionnaliser, tandis que d’autres font l’objet de harcèlement ou de répression dans certains pays de la sous région.

Mohamed Souddha Yattara lui a estimé que le projet de renforcement des capacités de l’Ujao mérite d’être soutenu et encouragé, car apporte un plus aux hommes des médias de la sous région à travers leur formation et leur dotation en équipement.

L’Acbf, pour Mr Sacko apprécie à sa juste valeur, le rôle de la presse dans la consolidation de la démocratie, dans l’enracinement des valeurs intrinsèques de notre culture, dans l’éducation de la population, dans la bataille de l’Afrique pour se faire une place au soleil.

« L’initiative de renforcement des capacités de l’Ujao est une première en Afrique. C’est pourquoi elle doit être un succès afin d’entraîner d’autres bailleurs de fonds qui n’attendent que le signal soit donné sur le terrain pour vous apporter peut être dix fois ce que l’Acbf a mis à votre disposition », a assuré Soumana Sacko.

Pour le secrétaire exécutif de l’Acbf, la presse représente un rempart important pour la sauvegarde de la démocratie et son institution soutient la démocratie en appuyant l’espace d’expression libre et pluriel que doit être la presse.

Cependant, pour Mr Sacko, cette même presse se doit d’être responsable, de faire preuve de professionnalisme et de respecter sa propre déontologie. Et a-t-il ajouté, si un organe de presse est une entreprise comme les autres, il doit être géré avec efficacité, technicité et avec beaucoup de professionnalisme afin de lui permettre de contribuer au développement socio-économique du pays.

Appel a été lancé par Mr Sacko, à l’endroit des membres du comité de pilotage de l’Ujao, à une gestion responsable des fonds ainsi mis à leur disposition.

28 mars 2007.