Partager

Réussir un enseignement de qualité pour tous les enfants maliens, tel est l’objectif visé du nouveau programme initié par l’Agence Américaine pour le Développement International (USAID) et le ministère de l’Education de Base et de l’Alphabétisation à travers le Programme Harmonisé d’Appui au Renforcement de l’Education (PHARE). Le lancement de ce programme a eu lieu le mercredi 29 octobre à l’hôtel Radisson à l’ACI 2000.

Le Programme Décennal de Développement de l’Education ayant retenu la qualité de l’éducation de base comme un axe prioritaire, le département de l’Education de base, de l’Alphabétisation et des Langues Nationales dispose, depuis mars 2004, d’un programme de formation continue des maîtres de l’enseignement fondamental par voie de radio et d’une amorce de l’intégration des technologies de l’information et de la communication dans l’enseignement normal. Depuis bientôt une décennie, le Mali s’est engagé dans un vaste programme de réforme de son système éducatif.

Cette réforme en profondeur concerne, entre autres, les programmes d’enseignement pour mieux les adapter aux exigences du monde moderne, les méthodes d’enseignement pour les centrer davantage sur les apprenants, le renforcement des compétences professionnelles des enseignants pour un meilleur rendement interne et externe du système éducatif, et le développement d’une école en mode décentralisé.

Cependant, seulement 23% des garçons et 10% des filles du niveau quatrième année peuvent lire une phrase simple en français. Le Mali se classe 8e sur 10 pays francophones en matière de lecture au niveau du fondamental. Moins de la moitié des enseignants reçoivent une formation en didactique de la lecture.

Le taux d’alphabétisation pour les adultes se chiffre à 29% et le Mali devance seulement le Burkina Faso et le Niger dans le monde entier. Ainsi, les tendances commencent à se renverser depuis quelques années, les remarques ont, par ailleurs, montré que le Mali a fait de grands progrès dans l’amélioration de son système éducatif, d’où un taux brut de scolarisation élevé. Il est passé de 26% à 78% au cours de ces dernières années. Notons que le nouveau programme PHARE est financé par l’USAID pour la bagatelle de 30 millions de dollars US, soit 14,8 milliards de FCFA pour une durée de cinq ans.

Le programme, est dirigé par Thelma Khelghati, assisté de Rebecca Rhodes et de Boubacar Bocoum.Pendant la durée du projet, a confié le Secrétaire général du département de l’Education de base, de l’Alphabétisation et des Langues Nationales, Aboubacrine Alpha « l’appui aux medersas et les initiatives permanentes en faveur des populations défavorisées, particulièrement des enfants à besoins éducatifs spéciaux, permettront de rehausser la qualité de notre système éducatif et d’en diversifier la capacité d’offre « .

Le programme entend, en outre, améliorer l’instruction en français dans plus de 40 000 salles de classe. Il vise, par ailleurs, le renforcement de la formation des enseignants, des systèmes d’évaluation, des pratiques de supervision et le développement des stratégies politiques favorisant la décentralisation.

Pour la ministre de l’Education de base, de l’Alphabétisation et des Langues Nationales, Mme Sidibé Aminata Diallo, « le programme nous éclairera pour le développement de notre système éducatif et nous devons ensemble le réussir pour imprimer à notre école un souffle nouveau, afin qu’elle offre plus de garantie pour le développement professionnel de nos enseignants et pour une meilleure réussite des élèves des écoles fondamentales « .

Fatoumata Mah THIAM KONE

31 Octobre 2008