Partager

Un plan financé à 4 milliards de F CFA pour sécuriser les cotonculteurs maliens et leurs collègues de la sous-région
Les cotonculteurs maliens ont assisté, le samedi 9 février au Grand hôtel, au lancement du Programme régional sur le coton.

Celui-ci, avec un budget global de 4 milliards de F CFA financé par l’ONG Oxfam, vise à garantir aux agriculteurs, en particulier les femmes, dans les régions cotonnières du Mali, à travers des pratiques de production plus viables et des organisations locales, nationales et régionales de producteurs renforcées, d’ici à 2012, un meilleur revenu et une sécurité des moyens d’existence.

François Traoré, président de l’Association des producteurs de coton de l’Afrique de l’ouest (APROCA) et Sally Baden, Responsable Programme Coton au sein de Oxfam, ont procédé, samedi 9 février, au lancement du Programme régional sur le Coton au Grand hôtel. A la fin de la cérémonie, un point de presse a été organisé par APROCA pour mieux informer les hommes de média sur les différents volets, le rôle des partenaires-clés dans la gestion du Programme, son budget du programme et sa pérennité.

C’est Sally Baden, Responsable Programme coton qui s’est chargée de présenter le programme en question. Selon elle, celui-ci a pour objectif global d’assurer aux 200 000 agriculteurs pauvres, en particulier les femmes, dans les régions cotonnières du Mali, à travers des pratiques de production plus viables et des organisations locales, nationales et régionales de producteurs renforcées, d’ici à 2012, un meilleur revenu et une plus grande sécurité des moyens d’existence.

La conférencière de préciser que le choix du Mali s’explique par le fait que le pays se trouve confronté, à la fois, à des réformes sectorielles et au développement rapide des organisations paysannes.

Au Mali, le Programme mettra l’accent sur l’appui aux moyens d’existence dans les régions sud de Sikasso et de Koulikoro. Au cours des deux premières années, il s’étendra à d’autres régions à partir de 2009 en se basant sur les résultats de l’évaluation. A l’intérieur de ces régions, l’accent sera mis sur des localités – Koutiala et Sikasso, Kati et Dioïla et des communes particulières.

Pour ce qui est du volet régional du Programme, il met prioritairement l’accent sur l’amélioration de l’environnement des producteurs de coton de l’Afrique de l’Ouest, à travers un renforcement organisationnel et des actions collectives des associations paysannes incluant des plaidoyers de politiques et l’influence des marchés. Il est à appeler que le volet régional du Programme comporte cinq objectifs spécifiques qui sont tous liés aux aspects organisationnels et politiques, y compris des résultats commerciaux.

S’agissant du rôle des partenaires-clés dans la gestion du Programme, l’orateur de souligner que les partenaires des organisations de producteurs, à des degrés divers, gèreront directement d’importantes ressources du programme déboursées directement à travers des financements annuels.

Sally Baden a déclaré que le budget global de son programme s’élève à 4 milliards de F CFA pour la période du 1er mars 2007 au 28 février 2012.
Au terme de son allocution, la conférencière d’affirmer que le Programme est concentré sur le renforcement de la capacité des organisations de producteurs afin d’augmenter leur autonomie, y compris l’autonomie financière à tous les niveaux. Le degré de fiabilité de ces organisations sur les ressources du Programme, pour leurs coûts opérationnels et de personnels-clé, devrait donc diminuer, de manière significative, au cours de la durée de vie du Programme.

François Traoré, de son côté, d’ajouter que le Programme est né pour promouvoir des solutions afin de sauver les cotonculteurs.

« Des ateliers seront organisés, dans les jours prochains, à l’intention des producteurs pour qu’ils soient bien familiarisés avec le contenu du Programme afin qu’ils soient à mesure de défendre leurs intérêts » a-t-il laissé entendre.

Abdoul Karim KONE

14 février 2008.