Partager


Malamine Koné lance la 1ère caisse de la solidarité nationale au foyer Bara

Désigné parrain national de la première édition du «mois de la solidarité et de la lutte contre l’exclusion» hors du Mali, par le ministre du Développement social, de la solidarité et des personnes âgées, notre compatriote Malamine Koné, PDG du Groupe AIRNESS, a choisi cette année de procéder au lancement officiel dudit mois dans un foyer emblématique de la diaspora malienne, le foyer des travailleurs migrants de la rue Bara à Montreuil (Seine-Saint-Denis).

Depuis sa création en 1968, le Foyer Bara qui est situé dans la ville de Montreuil, constitue le point de ralliement de tous les Maliens qui débarquent pour la première fois à Paris. Conçu officiellement pour 410 travailleurs migrants, le Foyer Bara contient aujourd’hui 1500 immigrés vivant dans une promiscuité totale et dans des conditions de vie très difficiles.

C’est dans ce lointain village Sarakolé logé au cœur de Paris à Montreuil qu’a eu lieu cette année le lancement officiel du mois de la solidarité. Un choix symbolique et largement approuvé par toute la diaspora malienne en France.

Pour Mme Dominique Voyné, Maire de Montreuil et patronne de la nouvelle équipe municipale, “les Maliens de Montreuil ne sont pas considérés comme des Maliens à Montreuil mais comme des «Montreuillois». Selon elle, en désignant un délégué à la qualité de vie et à la rénovation des Foyers à Montreuil, la nouvelle équipe municipale est consciente des conditions de vie extraordinairement difficiles des habitants des Foyers. Et aujourd’hui, dira-t-elle, «la rénovation des foyers, le mal façon des foyers est en marche». Le chantier de destruction et de reconstitution du Foyer bara, du Foyer du Centenaire est aussi lancé, dira-t-elle.

Dominique Voyné qui remplace Jean-Pierre Bérard (aujourd’hui député de la Seine-Saint -Denis) à la tête de la Mairie de Montreuil, fera savoir aux Maliens vivant à Montreuil que «la ville de Montreuil respectera tous les engagements qui ont été pris à l’égard des Maliens».

A l’initiateur de cette cérémonie et parrain national de la 14è édition du mois de la solidarité et de la lutte contre l’exclusion, Malamine Koné, PDG du Groupe AIRNESS, Dominique Voyné, le Maire de Montreuil dira que «vous avez mal fait de venir aujourd’hui au Foyer Bara». Et d’ajouter «quand on est modèle pour les autres, on est en devoir de payer pour les autres».

Pour l’ambassadeur du Mali en France, son Excellence Mohamed Salia Sokona, «les Maliens de France, avec le parrainage de notre compatriote Malamine Koné, PDG du Groupe AIRNESS, témoignent à travers la présente cérémonie leur engagement en faveur des couches les plus défavorisées de notre société».

Tout en rappelant que le thème retenu pour cette 14è édition porte sur «la solidarité pour plus de justice sociale», l’ambassadeur du Mali en France dira que «nos compatriotes d’ici vont découvrir pour la première fois cet élan national qui a permis, chaque année au mois d’octobre, de relancer la solidarité à l’endroit des personnes âgées, des handicapés, des femmes, des enfants démunis, des personnes vivant avec le VIH/Sida, etc».

C’est pourquoi, dira-t-il, le président de la République, les membres du gouvernement et les élus rendront visite tout au long de ce mois d’octobre à toutes ces personnes de notre société qui ont besoin d’un peu plus de chaleur humaine et d’assistance.

Selon l’ambassadeur Mohamed Salia Sokona, «c’est cela toute la signification du choix de Monsieur Koné pour les Foyers; le Foyer Bara en est un symbole, lieu de regroupement de plusieurs de nos compatriotes qui ont déjà leurs habitudes de solidarité, pour les inciter à renforcer au quotidien toutes leurs actions d’assistance envers les démunis».

Mais, tiendra-t-il à préciser, il ne s’agit aucunement d’aumône à distribuer, mais de geste simple empreint d’amour et d’humilité vis-à-vis de celui qui est dans l’incapacité.

Quant au parrain de cette 14è édition, le PDG du Groupe AIRNESS, il a dédié ses premières pensées et ses premiers mots à nos parents, à nos frères et sœurs…qui ont terminé leurs voyages dans les profondeurs des océans, soit dans des pièges sans fin du désert.

Selon Malamine Koné, c’est dans l’esprit d’union et de fraternité qu’il a souhaité réunir les travailleurs migrants du Mali dans ce lieu hautement symbolique qui est devenu leur maison à tous pour leur parler de partage, d’entraide, de réconciliation, de dialogue et de rassemblement, car selon lui, «les foyers sont historiquement les lieux de toutes les solidarités».

C’est pour cela que «je souhaite que nous passions ensemble d’une solidarité communautaire à une solidarité nationale». Et d’ajouter que «nous devons nous donner la main en unissant nos forces et nos idées pour créer une caisse de solidarité nationale pour lutter plus efficacement contre la maladie, l’ignorance, la pauvreté et contre toutes les autres formes d’exclusion sociales au Mali».

Cette caisse de solidarité nationale, expliqua-t-il, nous permettra de réfléchir ensemble et de choisir ensemble les actions privilégiées à mener pour le développement de notre pays.

Elle sera disponible dans tous les foyers en France pendant le mois de la Solidarité à partir de l’année prochaine pour recevoir les contributions de toutes les bonnes volontés; les sommes recueillies serviront à une caisse nationale.

Et à cette occasion, le parrain de la 14è édition du mois de la solidarité a remis solennellement dans cette caisse sa première contribution pour prendre en charge les interventions chirurgicales de 50 personnes âgées atteintes de la cataracte et de 20 personnes âgées atteintes de l’adénome de la prostate au Mali.
Selon lui, ce geste est le début d’une belle histoire de solidarité.

Birama Fall
Envoyé spécial à Paris

07 Octobre 2008