Partager

Le président Gbagbo a lancé lundi à Yamoussoukro l’identification générale des populations qui permettra de réviser les listes électorales et délivrer de nouvelles cartes d’identité, un processus jugé crucial pour résoudre la crise ivoirienne. Le chef de l’Etat a lancé officiellement cette opération, censée ouvrir la voie à l’organisation de l’élection présidentielle prévue le 30 novembre au cours d’une cérémonie organisée à la fondation Félix Houphouët-Boigny. Trois Ivoiriens ont été ensuite enregistrés par les agents. L’identification, couplée au recensement électoral, doit durer 45 jours et s’achever le 30 octobre par la publication d’une liste provisoire. A terme, quelque 11.000 centres permettront d’enregistrer tous les Ivoiriens et les résidents étrangers de plus de 16 ans, à l’exception des ressortissants de la CEDEAO qui bénéficient de la libre-circulation. Ce lancement de l’identification marque un tournant dans la vie politique de Côte d’Ivoire, où les questions d’identité sont un sujet ultra-sensible et où les cartes d’identité ne sont plus délivrées depuis 1999, date d’un coup d’Etat.