Partager

Le Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile en partenariat avec les radios privées, a organisé, le vendredi 19 janvier dernier, une émission «grand public» dénommée ‘’Focus Presse’’. C’était à la Maison de la Presse. Le ministre Salif Traoré répondait aux questions des responsables des radios privées.

L’essentielle des interrogations ont porté entre autres, sur la loi de programmation militaire et de la sécurité, la situation sécuritaire au Centre du pays, les marches n’ont autorisées….

L’émission ‘’focus presse’’ est une nouvelle émission organisée par le département en charge de la Sécurité et de la Protection Civile en symbiose avec certaines radios privées de la place en vue de favoriser un rapprochement entre les forces de sécurité et la population. Une chose qui permettra à ces forces d’atteindre leur objectif premier qui est la sécurité et la protection des populations et de leurs biens.

« L’objectif de cette émission dénommée le ‘’focus de la presse’’ est de se rapprocher de la population. Pour ce faire, le meilleur moyen est la presse », a-t-il expliqué. Avant d’ajouter que c’est pourquoi, son département a jugé nécessaire en symbiose avec les radios partenaires, d’ouvrir cette émission afin que les messages puissent être véhiculés largement auprès des populations.

Durant plus d’une heure, le ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, Général Salif Traoré a répondu aux questions des responsables de radios privées ainsi que des journalistes de la presse écrite et de l’audiovisuel sur certaines difficultés auxquelles ses hommes sont confrontés dans le domaine de la sécurité et de la protection des personnes et de leurs biens.

Au cours de l’émission, il a indiqué que c’est sous le régime d’IBK que le Mali a connu la loi de programmation militaire et aussi de la sécurité qui était un souhait de son département pour que la sécurité intérieure puisse également bénéficier de cette nouvelle loi dans le cadre du renforcement de ses capacités humaines et matérielles.

« C’est une programmation pour les besoins urgents en vue d’évaluer les dépenses qu’il faut pour ces besoins. C’est loin d’être une stratégie de défense mais plutôt des moyens qu’il faut mettre à la disposition des forces de sécurité en termes de personnel, de formation, d’équipement et d’infrastructures. La loi nous donne 446 milliards FCFA sur 5 ans et nous avons l’obligation de présenter des résultats à l’Assemblée Nationale chaque année », a fait savoir le ministre Salif Traoré.

En parlant des malentendus qui opposent souvent les forces de sécurité et les citoyens surtout lors des marches, il dira que les forces de sécurité sont déployées pour assurer la sécurité et la protection de ces citoyens. Selon lui, en aucun cas, ces forces ne peuvent être des menaces pour ces derniers. Mais pour lui, lorsqu’il s’agit des marches non autorisées, les forces de l’ordre se présentent pour maintenir l’ordre. Pour cela, elles déploient les moyens légaux sans violence pour disperser la foule.

« Nous sommes en charge du département qui s’occupe de la sécurité des Maliens. Nous ne pouvons pas assurer la sécurité de quelqu’un sans sa contribution et son accompagnement. Alors, nous pensons que plus, nous vous informons, plus vous comprenez les besoins et les difficultés de ce que nous faisons et mieux, vous pouvez nous comprendre et nous aider », a laissé entendre le ministre Traoré.

Parlant de la situation sécuritaire au Centre du pays, le ministre Salif Traoré dira qu’il n’existe nulle part dans le monde, une sécurité à 100%. Pour ce qui du Mali dit-il, leur seul souci est de ramener le maximum de sécurité dans le pays. Et pour ce faire, ils sont à pied d’œuvre nuit et jour pour permettre aux populations de vaquer librement à leurs occupations.

Pour mener à bien cette mission, il a demandé la collaboration des populations à travers les renseignements.

Moussa Sékou Diaby

Du 23 Janvier 2018